dimanche 18 mai 2008

Trop intelligent pour être heureux

Fallait que ça tombe sur moi !
Oh je sais ! Il y en a encore qui vont me courir sur la prostate pour me faire comprendre que j’ai pété les plombs, que je ne mouche pas du coude, que je me crois né dans « la cuisine à Jupiter » etc… ! Que je deviens vachement prétentieux, que ceci, cela ; nana ni, nana-nère !
Attendez ma plaidoirie, avant de me lancer vos pommes pourries à travers la tronche !
C’est pas moi ! C’est ma femme ! Non pas qu’elle soit trop intelligente, faut pas exagérer !
Mais c’est elle qui croit que je le suis ! Nuance !
Depuis notre mariage, cette pauvre épouse souffre de la présence à ses côtés d’un individu qui lui a toujours paru étrange, et pour tout dire; « bizarre » !
Ses goûts « spéciaux » pour la solitude, son attitude totalement réfractaire à tout repas de famille un peu longuet, ses « absences » rêveuses, son intérêt totalement incompréhensible pour des sujets où le ménage, l’entretien de la maison, les comptes bancaires, les courses au supermarché sont complètement absents, tout ça lui portait franchement sur le système nerveux !
Jusqu’à la progéniture qui semblait souffrir de cet état de chose.
Un jour, mon fils de huit ans à peine, à table, en face de moi, lança à mon endroit, avec ses petites mains en porte-voix pour faire plus « réaliste », cette phrase qui aurait semblé incongrue dans un autre foyer :
« Allo, allo, base lunaire, ici la terre, me recevez-vous » ?
Je sais qu’il venait de lire l’album de Tintin : « On a marché sur la lune » Mais quand même !
Ça vexe !
Dans les nombreux moments de dispute provoqués par mon indécrottable distraction, je lui balançais souvent cette phrase qui ne semblait pas du tout la dérider ;
« A l’ombre d’un génie, il y a toujours une femme qui souffre » !
Je dirais même, que c’était le contraire, vu que les prestations « géniales » de ce mari (et je n'ai pas écrit « génitales »! attention!) ne lui rapportait pas bézef, et n’augmentait pas le compte courant du ménage !
Quant à sa carrière professionnelle, vaut mieux jeter un voile pudique dessus !
Mais vous savez comment sont les femmes ! ça papote, ça cause, ça se renseigne, ça veut toujours avoir le fin mot de l’histoire !
Voilà-t-y pas qu’elle tombe sur la pub télévisée d’un bouquin de psy, comme quoi, des adultes « surdoués » sont trop intelligents pour être heureux !
Eh ! Eh ! Eh! A votre avis? Bingo ! Ben oui !
Eureka! Cela ne pouvait être que moi!
Elle m'a acheté le livre! Et tout y était! Je me suis reconnu! Tous les symptômes étaient là!
J'avais attrapé la “maladie”! Et depuis tout petit, sans le savoir!
Mais je me demande franchement si ce n'est pas la parano du type qui lit une encyclopédie médicale et qui croit avoir tous les cancers, toutes les maladies vénériennes, toutes les phtisie, etc...!
Il est pourtant une expression qui n'est jamais rarement galvaudée: “Imbécile heureux”!
C'est tout à fait normal et de bon sens!
Comment voulez-vous être heureux et lucide à la fois?
C'est totalement impossible!
Je me souviens, dans une de mes très vieilles lectures, qu'un psy nommé Pierre Daco écrivait déjà, que pour être heureux et équilibré, il fallait vivre avec des oeillières, comme les chevaux!
Ouais! Moi, je n'ai jamais eu franchement de respect “intellectuel” pour ces bestioles, dont j'adore parfois un bon steak! Mais cela ne va pas plus loin!
Donc, les “oeillières” je n'ai jamais été franchement pour! Qu'elles soient réelles ou virtuelles!
Et quel est le corollaire de la lucidité? La curiosité!
C'est normal! Si vous voyez un tas de choses qui vous semblent étranges, vous voulez savoir le pourquoi de cette “étrangeté”, non?
Et c'est là que survient un autre principe pervers: “la curiosité est un vilain défaut”!
C'est à dire que d'un côté, on vous “allèche”, on vous titille l'intellect, et de l'autre, on vous dit “pas touche, y a rien à voir”, petit prétentieux, ça ne te regarde pas! Frustrant, non?
Comment voulez-vous rester équilibré dans des conditions pareilles?
Quand la religion n'intervient pas pour y mêler son “grain de sel” théologique!
Je me souviens de cette phrase mémorable (la preuve! Je m'en souviens encore!) d'un de nos plus grands génies, de nos plus grands physiciens, mathématiciens, philosophes, etc...Pascal!
“Blaise” pour les intimes!
Que nous a dit cet immense génie?
“Abêtissez-vous devant Dieu”!
Poum! Avouez que c'est complètement “dérourant!
Si notre Créateur nous a conçu avec une cervelle en bon état de marche, c'est pour que nous nous en servions à bon escient! Oui ou non?
Sinon une simple moelle épinière suffirait, comme le pensait Einstein en voyant défiler des soldats!
Voulait-il exprimer par là, que trop de réflexion intellectuelle tue le sentiment?
Ah! Voilà le “noeud du problème”!
La guerre fondamentale, éternelle que se livrent depuis toujours la raison et le sentiment!
Frères ennemis depuis toujours! Irréconciliables!
Participant toujours d'une haine féroce, l'un pour l'autre!
Et quand ce combat redoutable se déroule sous une même caboche, vous comprenez tout le drame, toute la souffrance de celui qui y assiste totalement impuissant sans pouvoir intervenir, sans pouvoir les départager!
Mais ça, c'est pour “l'intelligent”! Car chez “l'imbécile heureux” la raison peu combative, et très “chétive” se ramasse toujours une branlée par “monsieur sentiment”!
Qui tel un macho dominateur, est toujours très content et fier de lui!
Aucune question, aucun remord, aucun doute ne l'assaillent!
C'est pourquoi Michel Audiard a pu faire dire à un personnage, dans "Les tontons flingueurs":
“Les cons ça osent tout! C'est même à ça qu'on les reconnaît”
Le poète a écrit: “Il n'y a pas d'amour heureux”!
Il aurait pu ajouter: “Il n'y a pas d'intelligence heureuse”!
Tel Prométhée se faisant bouffer le foie par une sale bestiole, le mec intelligent se fait bouffer la cervelle toute sa vie.
C'est pourquoi, chers amis, si vous pouviez (continuer?) à me prendre pour un imbécile, à me traiter de “con” (mais gentiment!), à me considérer comme le dernier des idiots, des tarés, des “mal pensants”, des débiles profonds, non seulement je ne vous en voudrai pas, mais quelque part, je serai rassuré sur ma capacité à pouvoir être heureux comme tout le monde!


PS “Trop intelligent pour être heureux? Adulte surdoué par Jeanne Siaud-Facchin editions Odile jacob (publicité gratuite)
Et “trop heureux pour être intelligent”, ça donne quoi?

Depuis, je suis tombé sur un homme qui m'a apporté beaucoup de réponses, et gloire lui soit donnée:
Henri Guillemin 

37 commentaires:

Emilie a dit…

Très bon post qui mériterait tant d'heures de réflexion pourtant inutiles ...
Je me sens un petit peu comme toi et pourtant nous sommes très différents. Je suis une jeune fille de 27 ans que tlm trouve bizarre à cause de ses pensées inutiles sur le monde, le pourquoi, l'intérêt, la logique, l'homme et l'humanité.

Le fait d'écrire ça ne te rend peut être pas plus intelligent (et puis finalement qu'est ce que l'intelligence ? Comment se mesure-t-elle ? Ne me répond pas "Avec un test de QI" stp :)) mais ca montre que tu ne te contentes de ta misérable condition humaine si matérielle et terre à terre qui se complait dans le traditionnel bonheur ancestral maison-bébé-chien-retraite. Et pourtant a-t-on vraiment le choix ? La connaissance est-elle un but en soi ? Ou sommes-nous seulement esclave de nos implusions électriques qui agitent nos neurones ?

Bref je découvre ton blog grâce à ce post, en effet j'ai aussi entendu parler de ce livre et comme bcp je pense je me suis reconnue totalement (d'ailleurs la femme qui l'a écrit n'oppose jamais l'intelligence et les sentiments bien au contraire, et c'est là ce qui m'a interloquée) à part pour le terme "surdouée" puisque je me considère comme un peu bébête. Cela dit je suis trop curieuse je vais en lire qq pages à la Fnac et peut être même l'acheter ;)

Bonne continuation cher monsieur !

Gérard GILBERT a dit…

Que je suis heureux d'avoir ENFIN une réponse, après des semaines de silence désespéré!
Merci adorable Emilie!
Vous me sauvez de ma solitude épistolaire et "blogueuse!".
Quant à te considérer comme "bébête" rassure-toi, tu n'es pas la seule!
Mais il parait que c'est une des caractéristiques, justement, des "surdoués"!
Oui mais voilà, nous n'arrivons pas à y croire nous même!
Et s'il y avait des raisons objectives pour être malgré tout dans ce cas-là?
Est-ce modestie de notre part ou crainte d'une responsabilité trop grande? Hum !
Car si "noblesse oblige" malheureusement, l'intelligence aussi!
Et puis, bien sûr, de "quelle" intelligence parlons-nous?
"De l'esprit de finesse ou de géométrie" comme en parlait Pascal?
Il y a des savants en science nucléaire qui se font berner par des écervelées au visage d'ange!
Comme il y a des "gogols" plus fins et plus lucides que des docteurs en psychologie!
Voilà ma chère Emilie!
Comme il est étrange aussi que nous nous sentions si seuls, si "uniques" et que nous rencontrions pourtant des êtres qui nous ressemblent étrangement!

Anonyme a dit…

bonjour ;o)

Moi j'ai 28 ans et je sors de chez une psy ( c'était ma première), et à l'écouter j'ai plus envie de me pendre qu'autre chose. Verdict: 2 séances par semaine de façon illimitée tellement mon cas est sévère. Ca m'apprendra à avoir voulu sous entendre que j'aurais un "filiation" potentielle avec les adultes doués dont parle Jeanne Siaud Facchin. Je suis tombée sur quelqu'un qui m'a cassé. Comment trouver quelqu'un de compétent dans ce genre de domaine? J'ai pourtant une longue liste de symptômes dans tous les symptômes du livre. Mon problème c'est que je ne trouve pas ma voie, je suis spectatrice de la vie, réfléchie bcp, analyse constamment, écrit un livre, m'ennuit depuis tjs, voit constamment les défauts, somatise à mort, n'arrive pas à choisir car veut tout, conclucion arrive à rien professionnellement. Que faire? Ou consulter? ma vie ne décolle pas et c'est déprimant. Et en plus cette abrutie de psy m'a culpabilisé genre je suis passée à coté de ma vie, j'ai perdu du temps qui ne reviendra pas, et j'ai sans doute peu d'ami car les filles qui ont avancé dans leur vie n'ont plus d'intêret pour moi? est ce normal d'avoir ce genre de propos?
Merci d'avance à tout ceux qui me liront.

Maryline.
Ps: j'ai adoré la manière d'écrire de ce blog ( gros talent d'écriture)

Gérard GILBERT a dit…

Chère Maryline

Comme il est étrange que ce soit uniquement ce post qui m’attire autant de réponses !
Et toutes féminines !
Je me demande vraiment pourquoi !
Les mecs doivent encore se planquer quelque part.
Il est vrai que les hommes sont habitués, depuis des millénaires, à cacher leurs sentiments,
à ne pas montrer leurs…..faiblesses émotives !
Il faut qu’ils soient « forts », « virils » !
Pas comme ces « chialeuses » de nanas !
Il n’y a qu’un « impudique » comme moi qui ose parler de ces choses là !
Quand je te lis, je suis étonné et surpris de voir à quel point nous avons des points communs.
Une « psy » me pousse, en ce moment, à faire une analyse !
Oui mais voilà ; je n’ai jamais trop cru la psychanalyse !
Démonter une âme comme on démonte un moteur de voiture, pour savoir ce qui ne tourne pas rond, je n’ai jamais pu y adhérer tout à fait !
Et puis filer du pognon à un gars qui ne bronche pas et qui n’en fout pas une, voilà qui me scandalise un peu.
Pourtant, j’ai vu des réussites, des analyses qui ont apparemment bien marché.
Il y a aussi une chose qui me fait peur ; m’apercevoir, au seuil de ma vie, que je me suis fourvoyé, que j’ai tout raté, que je suis passé à côté de tout, comme le dit ta « psy » voilà qui me désespérerait définitivement.
Quand j’étais gosse, un prof à dit à mes parents :
« Gérard est comme un clochard qui dort sur ses trésors » !
Le drame, c’est que je suis toujours un « clochard » et que je n’ai toujours pas trouvé mes « trésors » !
Les profs ont toujours de ces formules à la con…. !!!
A moins que ce ne soit l’écriture ?
Mais je suis cossard comme personne, et je ne sais par où commencer !
Je suis tenté d’écrire. Je voudrais tellement écrire un roman, mais je renâcle devant cette tâche aussi ardue !
Par contre, je suis un polémiste redoutable sur les forums !
Comme Janus, j’ai deux visages « littéraires » !
Ici, je rigole, je m’amuse, je « dilettante » !
Mais sur mes forum, je « tonne », je « pourfends », « j’anathèmise », je foudroie, j’assassine !
Un intervenant fort imprudent, et qu’il l’a regretté amèrement par la suite, m’a même comparé à Bossuet !
C’est te dire, si ma chatte tigrée me regarde maintenant, d’une autre manière !
C’est marrant, mais comme beaucoup d’écrivain, je préfère les chats aux chiens !
Déjà, pour une qualité admirable qu’ont les chats : ils n’aboient pas !
Et j’ai une sainte horreur des aboiements de chiens !
Mais je m’égare ! Je le sens bien !
Ma pauvre Maryline, je n’ai pas de grands conseils à te donner pour ce que tu endures !
Si j’en avais, je me les appliquerais déjà à moi-même !
S’il y a une toute petite vérité dans ce bas monde, que j’ai apprise, après beaucoup de réflexions, c’est que nous n’existons que dans le cœur de ceux qui nous aiment !
Et ne me dis pas qu’il n’en existe pas autour de toi !
Mais, tout comme moi, tu as une grosse difficulté pour le voir et le reconnaître !
Pire, comme moi, tu acceptes mal d’être aimée, car cela te paraît incongru, presque obscène !
Peut-être que comme moi, tu ne t’aimes pas trop !
N’en aies pas honte ! C’est une « tare » plus répandue qu’il n’y paraît !
Je sais que l’immense majorité des gens « s’adorent », se trouvent beaux, intelligents, infaillibles, etc… !!
Manque de pot, nous ne faisons pas partie de cette catégorie !
La seule chose que je peux te dire en conscience, c’est qu’il n’y a jamais de situation désespérée, et que la vie est comme un océan tumultueux qui peut te jeter, à tout moment sur un rivage inconnu.
Beau, inquiétant, paradisiaque ? Au hasard de la vie !

Une grosse bise et un gros merci pour ton gentil compliment

Muttine a dit…

C'est arrivé comme ça, sans prévenir. Des membres de la famille surdoués, un frère je-m'en-foutiste anarchiste sur les bords et un livre.

Désespérée par l'attitude glandeuse de mon frère et son intellectuel pas mal développé (avouons-le), Mère prit la décision, sur conseil familial d'acheter ce bouquin. Trop intelligent pour être heureux. L'heureuse (justement !) coïncidence est que la semaine précédente, je l'avais consulté.
Quelle ne fut pas ma déception (voire blessure) de constater qu'on ne pensait jamais à moi pour ça, l'intelligence...

Et pourtant...
C'est comme savoir pertinemment une chose sans jamais l'énoncé. Le ressentir au fin fond des tripes sans le nommé.
Le coup de théâtre arriva ! Force est de constaté que ce n'est pas Frère qui répondait aux critères des "surdoués" mais moi ! Moi, la blonde de service, aux émotions exacerbées, aux questionnements sempiternels, aux angoisses incontrôlées... La fille bizarre, souvent en décalage, un brin con sur les bords, toujours dans les nuages, toujours en pensées....

Bon alors quoi ? Je le suis ? Ça y est ? C'est terminé ? Fini les grandes questions, mes consultations innombrables chez les psys, l'auto-destruction, la sous-estime de soi ?
Mouai...

Désormais ma question réside là :
Quelle crédibilité apporter à cet ouvrage ?
Nuance-t-elle réellement ses propos ?
J'ai davantage le sentiment que ce qu'elle décrit va à tout le monde !
Comment affirmer que seuls les êtres "hors-normes" pensent ainsi ?
S'est-elle entretenue avec des personnes "normales" ?

Je ne suis pas de mauvaise foie ni quoique ce soit.
Je veux juste être certaine ! Certaine que je suis bien ce truc étrange qu'elle décrit. Certaine que la souffrance va prendre fin, que je vais enfin décoller dans ma vie !
A ce titre, le témoignage "Anonyme" me ressemble énormément dans la façon qu'elle évoque de vivre sa vie, ou plutôt la regarder.

Qui a oser franchir le pas des tests après lecture de ce bouquin ?
Y êtes-vous aller ? Avez-vous consultez ?

GreenFrelon a dit…

Bonjour à tous,

Je me morfondais au bureau après des mésaventures avec certains de mes collègues qui ont des pensées et des fonctionnements que je ne peux pas supporter. J'avais envie de trouver quelqu'un qui puisse me comprendre. En faisant une recherche sur google, je suis arrivé sur ce très bon post.

J'aimerais tout d'abord dire que je suis un homme et que donc, oui, des hommes souffrent aussi du syndrôme "trop intelligent pour être heureux". Je suis à 27 ans, certes, plus jeune que l'auteur de ce post. Ceci dit, je trouve que le titre de ce très bon livre prête à confusion. Pour moi ce n'est pas être trop intelligent dans le sens "avoir une trop grande quantité d'intelligence ou un QI supérieur à la moyenne" mais plutôt dans le sens avoir une intelligence différente. Avoir une façon de concevoir toutes choses différement des autres. Utiliser des chemins de pensées différents qui forcément amènent à des conclusions différentes. (Peut-être un quotient émotionnel très, trop, élevé?)

Finalement, pour moi cette douance de l'adulte, s'apparente à un sixième sens. A des antennes émotionnelles surdéveloppées qui permettent à son propriétaire de comprendre émotionnellement les gens. La possibilité d'en quelques minutes pouvoir analyser le fonctionnement, les points forts et les points faibles d'une personne et de découvrir très rapidement l'hypocrisie, la jalousie et autres défauts de ce type chez l'autre. Et donc de fuir ces personnes tout aussi rapidement provoquant par cette "rigidité" de l'esprit un sentiment de solitude.

Dernièrement, je pense que les personnes se reconnaissant dans le livre mentionné pourront s'épanouir uniquement (oui, uniquement, j'insiste) avec des personnes se reconnaissant aussi dans le livre.

D'ailleurs, depuis ma lecture, je recherche activement des associations, clubs ou tout autre groupe en relation (si possible dans ma région - Genève-Suisse), sans succès pour l'instant. N'hésitez pas à me commuiquer des informations dans ce sens là si vous en avez.

Bon surf!

Mister V. a dit…

Bonsoir,

Je me permets décrire quelques lignes sur ce blog car j'ai lu ce livre et je m'y suis aussi reconnu.
Je ne me trouve pas particulièrement intelligent, mais je suis très sensible émotionnellement. Surtout j'analyse sans cesse la vie et m'analyse aussi tout le temps ce qui me fatigue bcp.
J'ai envie de faire les tests pour lever le doute. Le ferais-je ?
De plus j'ai aussi la crainte de ne pas trouver de psy qui ai la sensibilité de l'auteur.

Comme vous dites, beaucoup de personnes peuvent sans doute s'identifier au fait d'être incompris, mais ce qui m'a particulièrement interpellé c'est la description de la souffrance des personnes qui sont "en décallage". Cela a renvoyée à une vision de ma vie.

En tout cas il faut maintenant que je fasse quelque chose contre cette souffrance car la dépression qui me pourrit la vie (culpabilité au niveau relationnel, pb à communiquer mes idées, sens très critique qui inhibe mon rapport aux autres).

Ce livre m'a donné envie de plus écouter mes peurs que je me cache et que je cache aux autres et de redevenir plus moi-même, m'accepter. Et du coup plus accepter les autres ?

Bref, je commence à raconter ma vie.
Ce que je veux dire à propos de ce livre c'est qu'il a mis des mots sur des choses que je ressens et que je n'ai jamais réussi à exprimer et ça c'est fort.

Post d'un homme qui souffre et qui commence à se soigner en reconnaissant qu'il souffre.

Anonyme a dit…

Effectivement, c'est un très bon texte. Bravo!

Pour ma part, c'est dans la bataille et l'ardeur à la livrer que je trouve la clef du bonheur puisqu'elle mène à l'accomplissement personnel et la connaissance de soi dans l'épreuve et l'abnégation. Le don de l'intelligence (il y en a tant qui se distingue l'une de l'autre avec ses bons et mauvais cotés) est un formidable bienfait et non une damnation comme certains ... voudraient nous le faire croire.

Je n'ai jamais compté sur ces cher(e)s psychologues pour emmené une connaissance de ma personnalité puisque selon moi, il s'avèrent promulguer des idéologies conformistes au goût du jour.

La vie est faites pour se réaliser, mourir et renaître dans ce que j'appellerais une constante destruction créatrice. (histoire de ne jamais s'encrouter) Tel le phénix qui renait de ses cendres!

Bien que que les épreuves de la vie soient parfois contraignantes et particulièrement éprouvantes. N'en demeure pas moins qu'il y aura toujours autour de nous des gens qui partageront nos opinions et nos aspirations. Pourvu qu'on ne sombre pas dans l'isolement et le défaitisme.

La clef du bonheur dans ce cas est de s'ouvrir le cœur aux autres et de considérer le fait que la vie n'est faites que pour se dépasser, malgré qu'il y aura toujours des gens pour nous empêcher de grandir. C'est l'évolution et l'essentiel, il n'y a que ça sinon pourquoi la vivre.

Lâchez pas la peutate!

greg a dit…

Moi je suis détesté de tous partout. Je suis un joueur de pokers intelligent je gagne et je me fais hair de tous les perdants.
Ma femme ne m'écoute plus, je lui fait de l'ombre, elle m'a dit "tu veux toujours avoir raison et tu te dit trop intelligent".
Alors que j'exprime mes idées.
Bilan depuis 5 ans j'ai le droit de parler mais elle m'écoute plus du tout et fait comme elle le décide même si je suis contre.
Ma femme essaye d'appuyer pour me dire que mes défauts, jamais un encouragement quoique j'ai pu faire.
Meme au travail j'ai des difficultées exemple : un jour je vais au travail et j'essaye de faire de mon mieux, le chef et supers content de moi, enfin on m'apprécie, mais un collégue m'en voulais énormément ça attiser ça jalousie alors que moi j'avais pas voulu cela !.
Un jour ma femme dit içi c'est moi qui fait toujours tout !.
Donc je commence à faire le ménage, et je fait cela pendant des mois, mais ça lui convient pas encore, elle me dit loin de me dire ça va tu as fait un effort !.
Ton copain à trouver un travail et toi tu en a pas !.
Faut toujours qu'elle essaye de me rabaisser pour qu'elle puisse briller !.

??? je sais pas encore ce qui faut que je fasse ?

greg a dit…

Moi je suis détesté de tous partout. Je suis un joueur de pokers intelligent je gagne et je me fais hair de tous les perdants.
Ma femme ne m'écoute plus, je lui fait de l'ombre, elle m'a dit "tu veux toujours avoir raison et tu te dit trop intelligent".
Alors que j'exprime mes idées.
Bilan depuis 5 ans j'ai le droit de parler mais elle m'écoute plus du tout et fait comme elle le décide même si je suis contre.
Ma femme essaye d'appuyer pour me dire que mes défauts, jamais un encouragement quoique j'ai pu faire.
Meme au travail j'ai des difficultées exemple : un jour je vais au travail et j'essaye de faire de mon mieux, le chef et supers content de moi, enfin on m'apprécie, mais un collégue m'en voulais énormément ça attiser ça jalousie alors que moi j'avais pas voulu cela !.
Un jour ma femme dit içi c'est moi qui fait toujours tout !.
Donc je commence à faire le ménage, et je fait cela pendant des mois, mais ça lui convient pas encore, elle me dit loin de me dire ça va tu as fait un effort !.
Ton copain à trouver un travail et toi tu en a pas !.
Faut toujours qu'elle essaye de me rabaisser pour qu'elle puisse briller !.

??? je sais pas encore ce qui faut que je fasse ?

Mon chef était quelqu'un d'exelent dans son travail, j'arriver à reconnaitre sont talent dans son métier.J'arrive à estimer pas mal de personne et j'écoute et félicite certaine personne.
Je me demande si je dois faire un travail sur moi ?. Ou si certaine catégorie de personne doivent faire un travail sur eux ?.

Anonyme a dit…

Bonsoir,

Je voulais simplement vous remercier..

Une personne m'avait fait lire un extrait du livre de JSF, mais grâce à google et à votre site, j'ai pu retrouver le livre.. que j'ai acheté.

Il a fait sur moi plusieurs effets..
* feu d'artifice, j'ai compris beaucoup de chose.. et j'ai eut des réponses à mes questions "pourquoi"
* je me suis perdu.. car je cherche encore à savoir "comment" vivre avec ces connaissance de mon fonctionnement cognitif, et émotionnelle.

J'ai besoin de temps.. pour intégrer/ digérer tout ce que j'ai lu.. pour faire la paix et vivre... enfin...

Merci, sincèrement ;)

J'ai envie de signer "le Zèbre" ;)

Gérard GILBERT a dit…

Je suis "scié"! Halluciné!
J'ai écrit 125 messages sur ce blog! Mais il n'y a que celui-ci qui a occasionné autant de réponses et de réactions, toutes plus émouvantes, sincères et intelligentes, les unes que les autres!
Mais pourquoi, Bon Dieu?
Je me dois, en toute humilité, d'accepter cette injustice, ce "crève-coeur"!
Mais qu'est-ce que j'ai fait aux muses de la littérature pour mériter un tel "désintérêt"!
Dîtes-moi que ce n'est pas vrai! Que j'ai une petite lueur d'espoir de devenir au jour, un véritable écrivain?

Anonyme a dit…

"Le Zèbre" revient ;)

Je vais réagir sur ce que vous venez de dire ;)

Vous avez la faculté d'arriver à exprimer clairement les choses, avec une touche d'humour qui tiens les gens en halène (c'est pas pour rien, si j'ai lu l'article jusqu'au bout)
Qu'est ce qui vous empêcherait de devenir un "véritable écrivain".. (à ce demander déjà s'il ne sommeille pas au fond de chacun d'entre nous .. un écrivain)
Ceux qui deviennent écrivain.. et qui le pratiquent sont ceux qui l'ont osé ;)

Si vous avez monté ce blog, c'est avant tout pour vous.. sans doute pour poser quelque part, une pensée, une humeur, une idée (le fonctionnement cognitif du surdoué, ne permet pas de figer une idée.. ça bouge tout le temps.. ça va trop vite, on a peur d'oublier..)
.. et celà vous satisfait.. c'est que vous aimez donner..

Que des gens vous disent que c'est bien, ou que c'est pas bien.. peu importe.. pour vous, c'est juste, pour vous, ça a de la valeur.. et c'est celà qui est important..

Etant surdoué, j'ai le même besoin, d'être rassuré.. toujours et encore.. je vis dans le doute d'être dans le faux.. et pourtant.. on ne vit pas dans le faux, on vit dans le différent..

Soyez fier de vos écrits.. pas par ce qu'on vous le dit.. ou qu'on ne vous le dit pas.. mais parce qu'ils sont une partie de vous !

Une petite pensée pour vous : Osez.. vous n'avez rien à perdre ;)

Anonyme a dit…

Trop intelligent, vous n'êtes pas heureux? Quel drame absurde! Indigne d'une personne douée de la plus extrême des lucidités. Pourquoi donc n'êtes vous pas heureux?
Peut être que la réponse à cet épineux problème résulte en ce qui a trait à la question de l'ennui. Je m'ennuie, tu t'ennuies, nous nous ennuyons... Et si nous laissions simplement l'ennui nous traverser comme une sorte de drogue, n'y aurait-il pas alors un singulier plaisir à s'ennuyer? Petit exemple théorique de ce qu'il faudrait vivre.
En pratique, je déteste l'ennui et fait tout pour y échapper. Je m'ennuie occasionnellement et les occasions sont rares car j'ai développé des trésors d'imagination pour maintenir mon petit esprit à flot. L'ennui me fait toujours aussi peur: se retrouver sans autre casse tête intellectuel a résoudre que la compréhension de mes propres dysfonctionnements. En informatique, cela s'appelle une boucle. C'est ce que je suis, parfois interrompu par quelques vilaines addictions car on n'en est pas moins homme! Alors ne me parlez pas de surdoué. Ca n'existe pas, et cela ne sert à rien de l'évoquer, si ce n'est à essayer de se mettre dans une petite boite, ce qui résout tout, ce qui ne résout rien.

Gérard GILBERT a dit…

Encore? mais ce n'est pas possible? Je suis victime d'une secte? D'un complot?
Pourquoi toujours sur le même message?
Est-ce parce que c'est le seul qui fasse référence à un livre pubblié récemment?
Mystère!
"Indigne d'une personne douée de la plus extrême lucidité"
Comme c'est bien dit!

Non! Je ne m'ennuie JAMAIS! J'ai trop de choses qui m'occupent dans la "calebasse" pour cela!
Mon esprit n'est jamais, jamais, jamais en repos! Dès que j'ouvre un oeil, j'ai déjà la tête pleine de pensées confuses et qui partent dans tous les sens!
Comment font les gens pour s'ennuyer?
Dîtes-le moi? Que j'aimerais posséder ce doux sentiment agréable!
Moi, je passe ma vie à me sentir coupable de ne pas avoir encore fait quelque chose que je devais faire! Mais je ne sais jamais quoi!
Voilà mon drame! Dans ces conditions comment pourrais-je trouver le temps de m'ennuyer?
Mon rêve absolu? N'avoir plus rien à foutre, et n'en éprouver strictement aucun remord!
Mais est-ce possible?
Divin et génial lecteur qui passe ici souvent, d'après ce que je constate, éclaire-moi de ton savoir, de ta sagesse, de ton intelligence,pour me délivrer, tel le malheureux Sisyphe, du rocher que je dois éternellement pousser devant moi!

Fabienne a dit…

Bon, je vais à mon tour en rajouter une tartine, toujours sur le même post... Désolée d'avance si ma tartine à moi ne brille pas par sa singularité : merci à Gérard et aux commentateurs. Je vais commander le fameux livre dès aujourd'hui, en espérant qu'il m'apportera quelques réponses, surtout en ce qui concerne le "quoi faire". Ce que j'ai pu lire en survolant me pousse à croire que je me trouve sans doute dans la même situation que beaucoup d'entre vous. Reste à savoir ce que je fais de cette nouvelle information et surtout comment elle peut m'aider à donner une meilleure orientation à ma vie.
Par ailleurs : il existe visiblement des associations pour aider les enfants "surdoués" (il faut bien choisir un terme). Pourquoi ne pas créer un groupe (sous une forme ou une autre) d'adultes "surdoués" ? Histoire qu'on puisse se sentir intégrés dans un réseau. Je propose Gérard comme centralisateur... :-)
Meilleures pensées à tous !

Anonyme a dit…

:) bonjour ! Haa ça fait plaisir de lire ce post ! Bravo pour la légereté et l'humour de Gérard ! j'ai 24 ans, et j'ai découvert ce matin que j'étais HP (initiales évocatrices ! Haha nous sommes tous fous de toute façon, comme ça, pas de complexes !)
J'ai donc beaucoup lu aujourd'hui, et ce post fournit une formidable fraicheur, qui tranche avec la morosité ambiante de la majorité des autres forums.
Si je me permets d'intervenir, c'est que je pense qu'une chose (au moins) n'a pas été dite, même si elle est quelque part clairement communiquée par notre sympatique bloggueur : le rire. Rions ! Pourquoi prendre avec tant de lourdeur une société -grosso modo- nulle à chier ? Pour etre heureux, amusons nous ! Car honnetement, regardez le zapping de canal plus... soit vous pleurez, soit vous riez. Personnellement s'est mon mécanisme de défense (essayons d'être lucides). Le monde parfait n'existe pas, comme nous pouvons le constater tous les jours. Les erreurs des gens en deviennent droles, de nous meme y compris. Personnelement, je me marre seul dans ma tete, et c'est cool !
" Pourquoi les gens ne comprennent pas ceci cela ? " Mouahaha qu'ils sont betes/qu'on est bête/que l'Homme est bete :) et hop sujet clos... car analyser le Pourquoi des choses nécessite de connaître les principaux facteurs. Or la causalité est quelque chose de complexe en ce qui concerne le comportement humain, dictée par tellement de paramètres : culture, vécu, enfance, société, lectures, psychologie, certains rajouteraient signes du zodiaque, vies antérieures, position lunaire, enlevement extraterrestre et j'en passe ! Croquez la vie croyez en vous. Si le bonheur n'arrive pas rapidement, c'est qu'il arrivera plus tard ! Soyons léger avec les autres, rions avec eux, pourquoi les faire chier avec des choses qui ne les interressent pas ? C'est triste : de temps en temps j'en déprime, si si, et bien. Mais s'est normal : homeostasie diraient les psy: il faut bien etre malheureux, sinon, comment saurions-nous que nous sommes heureux ?
Au passage, le mot "intelligence" donne lieu selon moi à une mauvaise interprétation, comme soulignée par de nombreux posteurs. C'est avoir plus de capacités mentales, cognitives comme dirait l'autre, à effectuer une tache. En d'autres termes, on peut etre très intelligent et très con, si l'on fait tourner notre cerveau dans une mauvaise routine. je pense notamment à l'importance de la culture, de l'enfance, de la société etc. je radotte qui nous impactent. savoir reflechir, mais mal, peut arriver trop souvent. Je ne serais pas surpris qu'il y ait eut des surdoués nazis par ex. L'homme est aussi intelligent qu'il n'est con, surdoués ou pas, c'est le même tarif.

Point important : Si la culture et le bonheur (qui sont liés à mon avis) ne vient pas à nous, nous devons -et il est je pense de notre responsabilité de HP - d'aller la chercher. Personnellement, j'ai découvert grace à un ami la philosophie du bouddhisme et la méditation (la philosophie en soi est aussi quelque chose de formidable pour qui s'y interresse). J'aimerai dire à tout nos amis postiers (posteurs?) que le bonheur résulte de la réalisation de soi. Connais-toi toi meme disait l'autre. Oui mais comment, si on ne se connait pas ? La vie est une recherche constante d'identité. Pour rester simple, faites ce que vous avez envie sera la meilleure façon de se réaliser.
Chacun a sa logique, suivez votre instincts, ce que VOUS voulez, et vous serez heureux. La frustration et le malheur résultent essentiellement de l'inadéquation entre les idées reçues et la réalité que nous vivons au quotidient. Embrassons ce décalage, vivons le, qu'il soit au moins nôtre ! Il n'en devient alors que plus drôle.
Notre cerveau (de hp) est utile pour faire des choix, pas pour suivre les choix des autres sans analyse préalable ! Ne soyons pas des moutons ! Rions, chantons, buvons, le monde est une farce dont nous ne voulons être les dindons !
amicalement, mehdi

Anonyme a dit…

Vous etes tout simplement exquis à lire.

Mes hommages cher Monsieur

Anonyme a dit…

c clair mon vieux gérard (arnaud 27 ans) tu écris très bien (parfaitement meme sans doute) sans fautes d'orthographe ou d'inattention. t pas comme tous ces posteurs qui se prennent pour einstein et ki ne savent meme pas écrire "c'est" comme ce dernier. il a pourtant l'air sacrément doué ce petit pour blablater mais cette faute te fait dire d'emblée que ce "jeune" n'est pas aussi intelligent qu'il le croit..(à moins que tu doutes qu'il ne l'ait pas fait exprès). ciao ciao ciao vieux crouton.. au fait monsieur, vieux ya un x au singulier ou pas?

Anonyme a dit…

Tous le monde cherche sa case . C'est rassurant ( d'avoir une case ) . Quelle est la difference entre "surdoué" et "inadapté" ? Le surdoué n'est t-il en fait qu'un simple timide frustré ? En tous cas , moi , j'en suis un.

Anonyme a dit…

Je ne suis peut-être pas si intelligent que je le prétends, peu importe à vrai dire, le fond de mon message est clairement de relativiser les choses, et de savoir rire de la vie.
En tout cas, si je ne suis pas forcément très intelligent, toi arnaud tu es visiblement stupide. Chacun sait que beaucoup de surdoués ont des problèmes avec l'ortographe, le système scolaire étant mal adapté à leur profil. Renseigne toi au lieu de dire de telles énormités et de faire des critiques gratuites.

GILBERT Gérard a dit…

Il faudra m'expliquer par quel mystère informatique, que sur les plus de cent messages que j'ai écrit dans ce blog, ce soit TOUJOURS celui-là qui me provoque des réponses, même des mois après? Je suis "scié"!
Je sais que "la raison est la chose la mieux partagée du monde", mais quand même!
Est-ce parce que j'ai mis une référence bibliographique? C'est possible! Et les moteurs de recherche font le reste!
A quoi tient la "notoriété",j'vous jure!

michael a dit…

Salut,

j'ai relu le bouquin une 2ème fois. Je suis bien d'accord avec la notion d'ennui elle me pourrit la vie, l'activité professionnelle, et même mes relations de couple au fond. Je n'abandonnerai effectivement jamais ma compagne, mais ça ne m'empêche pas d'avoir envie de connaître d'autres aventures pour lutter contre l'ennui et me sentir exister. D'un autre côté ça ne risque pas d'arriver vu que je ne fais absolument aucun effort pour me plier aux conventions sociales et aux préliminaires de discussions interminables. Je n'ai rien à dire, rien de commun ou de pas trop pessimiste.
Je suis un surdoué raté, dans l'échec scolaire,sociale et professionel. Je ne sais plus quoi faire pour trouver ma vie moins banale. Au début je m'appuyais sur la vie maintenant je n'y vois qu'un gigantesque bordel absurde, je suis frustré, j'ai peur d'être. Je suis à l'opposé des gens communs, je ne suis même pas intéressant pour moi. Je ne suis pas intelligent, je dois être en sous activité mentale, j'étais plus fort à dix ans. Durant ces 10 dernières années, je me sentais parfois comme derrière un brouillard, maitenant je ne sens plus rien, comme si une cage m'isolait du monde. Et en même temps si j'osai en sortir je foutrai un véritable bordel, mon bordel.
En ce moment ma seule envie serait de me faire des meufs sans préliminaires, le seul problème quand je regarde de plus près je n'en trouve aucune de vraiment belle,d'assez motivante.
Je me fais chier "point"
Plus je me détache, moins je m'investis dans ce que je fais, plus je suis performant. Alors que je me suis fatigué(non tué) pendant des années à essayer de faire les choses bien, à croire aux valeurs du travail, de la patiente, du sérieux, de l'investissement personnel, du perfectionisme...et plus je m'acharnais plus je courrais à l'échec ou à la souffrance. Apparemment ça résume toute ma vie et toutes les épreuves que j'ai traversé. C'est quand j'ai commencé à plus ouvrir les livres à l'école que mes notes se sont mises à chuter. Avant je cachais mon ennuie à mes parents. Mais bon ils étaient content parce que j'étais premier...
Vu que je suis arrivé à un point où je m'en fous un peu de tout, au fond j'ai peut être mes chances.
La force n'est pas avec moi, ben tant pis.
En même temps c'est rien à côté de la claque qu'elle se pendrait la force si elle voyait la puissance de mon optimisme quand il se nourrit de choses vraies, qui pour moi en valent la peine. tout ou rien...
J'espère qu'un jour j'arriverai à être vraiment moi pour le meilleur, et pas le pire. J'ai juste envie d'exister avec l'intensité que mon coeur réclame, sans craintes et pas toujours dans la peur d'être et pas sans cesse dans la remise en question. Un peu comme Rimbaud, mais un peu plus longtemps. Quoi que si ça se trouve, sa vie en relativité, a duré des siècles.

Si il y a une fille interéssée par mon profil, n'hésites pas(je sais à priori aucune chance, mais je tiens à m'affirmer dans l'étrangeté, car ça ne datera pas d'aujourd'hui que je fonctionne dans le décalage).zgorg2004@yahoo.fr

Gérard GILBERT a dit…

Merci, cher "frère" Michael, pour ces belles envolées lyriques et mélancoliques. Je te rassure tout à fait: Tu n'es pas le seul à éprouver tous ces doutes! Il est un phénomène extraordinaire à constater, c'est que nous sommes absolument persuadé d'être UNIQUE, d'être les seuls à ressentir ce que nous ressentons dans nos "cages mentales". Et par la magie de l'écriture et de l'échange épistolaire, nous nous apercevons, avec stupeur, qu'il n'en ait rien!
Quand j'étais adolescent, à l'instar de Jim Carey dans "the truman show" je pensais que tout ce que je voyais devant moi n'était qu'un immense décor sans réalité objective, mais seulement fabriqué par un "Dieu" farceur ou un esprit pervers qui me testait.
"Nous sommes seuls, du berceau à la tombe" dit un proverbe! C'est exact! Seul l'Amour peut briser cette solitude impitoyable! Encore faut-il le trouver! Et quand je parle d'Amour, je ne parle pas de "coïts" plus ou moins réussi entre partenaires majoritairement de sexe opposé! NON! L'Amour vrai va bien au-delà de cela!
Mais courage, mon cher Michael! Rien n'est jamais définitif! Répète-toi sans cesse: "qu'après la pluie, vient toujours le beau temps"!

Anonyme a dit…

Je crois savoir désormais que je ne suis pas intelligent parce que je n'utilise pas ce que je peux peut-être savoir. Je ne sais pas si je sais. C'est étrange ! C'est un peu agréable pour moi d'être ignorant. C'est une attirance malsaine. Je suis séduit malgré moi. Quelle est donc cette (si) séduisante créature ? Pourquoi m'a-t-elle choisi ? Je ne veux pas l'aimer. Elle ne cesse de m'attirer pourtant. Est-ce que c'est ça le charme ? Ça l'est peut-être ? Son charme m'attire inexorablement. Je suis l'esclave consentant de l'ignorance. Il ne faut peut-être pas lutter. C'est peut-être pire. La solution est peut-être l'indifférence. Je dois peut-être l'être face à l'ignorance.

Anonyme a dit…

Depuis un certain jour de septembre 2001, je suis confronté à un problème très douloureux concernant l'ignorance. Est-il utile de savoir quand on n'a pas les moyens de son action.
Mais alors, une petite bestiole perverse et vicelard toujours taraude l'âme sans vous laisser en repos:
Votre conscience! Et que dit-elle, cette petite garce? Qu'il y a toujours quelque chose à faire, aussi modeste soit-elle.
La déesse Circé attire Ulysse dans son royaume mais transforme ses compagnons en pourceaux!
Comme elle, l'ignorance nous attire pour mieux nous transformer en moutons bêlants.
L'ignorance nous asservit. La connaissance nous rend libres!
Mais la connaissance, comme la vérité...............OBLIGE!

Amandine. a dit…

Bonjour tout le monde!
Je rejoins la petite communauté de discussion à mon tour..
J'ai seize ans, je suis officiellement déclarée APIE, Atypique Personne dans l'Intelligence et L'Emotion, et ça fait toujours plaisir de réaliser qu'il existe des gens 'comme nous', qui sont capables de comprendre ce qu'on ressent, quand tout semble décalé autour de nous.. ou plutôt qu'on semble être décalés par rapport aux autres!
On a peut-être -sûrement!- de la chance, avec notre intelligence particulière, nos facilités à raisonner, à comprendre, mais cet espèce d'amplificateur d'émotion, qui nous fait nous rendre malade de choses quasi-futiles, ce mal-être permanent que rien n'arrive à réparer, ces cicatrices au fond de nous qui ne se referment pas, ça en deviendrait presque épuisant!
Toujours sur le qui-vive, toujours au bord des larmes, entre les éclats de rires et de sanglots, cette impression que l'on ne vous comprendra jamais, que vous êtes.. différente !
ET cette obsession de l'avenir, faire quelque chose de soi-même, ça me semble important. Alors je travaille, j'apprends plein de choses, (je suis en classe prépa (oui, j'ai pas l'âge adéquat, et une différence de plus!, blablabla) et je jongle entre philo, socio, histoire, littérature, mathématiques! Une véritable éducation humaniste c'est moi qui vous le dit!)Mais alors, apprenons, continuons d'apprendre, toujours. Mais quel est l'objectif? Dites moi, est ce qu'on sera plus heureux, en sachant des tas de choses intelligentes? Qu'est ce qu'on va en faire au final de tout ça? Puisque ceux qui savent beaucoup.. ne font rien..
Dites moi, à quoi sert-on?!

Fabienne a dit…

Re-bonjour à tous, et en particulier à Amandine qui a écrit le dernier commentaire et qui m'incite à revenir faire un tour par ici (et à Gérard, promis, je vais prendre le temps de lire d'autres messages de ton blog !).
Cela fait maintenant près d'un an et demi que j'ai écrit mon commentaire, que j'ai acheté le livre de JSF et celui de Béatrice Millêtre. Un an et demi que je me pose encore beaucoup de questions, mais différemment. Et la bonne nouvelle, c'est que ça va beaucoup mieux ! Je vais essayer de trouver les raisons de ce mieux-être, parce que je pense que ça peut intéresser plusieurs de ceux qui ont fait des commentaires - qui présentent souvent une situation triste, voire désespérée.

Tout d'abord, la lecture de ce livre (et tout ce qui va autour) m'a permis de me comprendre un peu mieux mais surtout de m'accepter. C'est un processus qui a pris du temps mais qui me semble indispensable si on veut aller mieux (encore faut-il le vouloir vraiment...) : accepter les choses telles qu'elles sont au lieu de lutter contre elles. Une fois qu'on a accepté, on a libéré une énergie, auparavant consacrée à refuser la réalité, et on peut utiliser son énergie à d'autres choses plus positives. Ce qui peut inclure changer les choses ; mais on ne peut les changer qu'une fois qu'on a les acceptées. Ca peut paraitre paradoxal mais c'est tout simple : si on refuse d'accepter que nos jolies nouvelles chaussures nous bousillent les pieds, on ne pourra jamais guérir de notre mal aux pieds... Donc, accepter que je suis une zébrette m'a permis de souffler.

Ensuite, j'ai utilisé le livre comme moyen de faire mon "coming-out" auprès des personnes de mon entourage (les plus proches, évidemment). Et en parler avec ma famille et certains de mes amis m'a fait beaucoup de bien aussi, et a fait du bien à notre relation. De plus en plus de détente, youpi !

Enfin, je pense que l'apprentissage le plus important a été d'apprendre à me faire confiance et à m'écouter. J'ai quitté une situation confortable mais insatisfaisante (boulot/s bien payé/s, grand et bel appartement, chéri gentil mais absent, cotisation retraite) pour faire ce qui m'attirait vraiment. J'ai quitté le chéri, les boulots et l'appartement, je suis retournée à la fac et j'habite dans un studio de 20m². Et je suis la plus heureuse des Fabienne ! :) Mon "intelligence" m'a permis d'avoir des bonnes notes (donc une bourse supplémentaire) et de garder des contacts professionnels avec mon ancienne vie (quelques revenus assurés de temps en temps, ça ne fait pas de mal).

Voilà pour faire bref (...). Je suis prête à reparler de tout ça avec les zèbres et zébrettes qui le souhaiteront, vous pouvez me contacter via mon blog.

Plein de pensées positives à tous, ne baissez pas les bras : notre "différence" (même si moi aussi il m'arrive d'en douter) peut être un atout. Nous sommes des gens super (qui ne l'est pas ?) !

PS : Depuis un an et demi, je suis allée deux fois consulter une psy du bureau de JSF à Avignon, j'ai été déçue les deux fois...

Fabienne a dit…

Re-bonjour à tous, et en particulier à Amandine qui a écrit le dernier commentaire et qui m'incite à revenir faire un tour par ici (et à Gérard, promis, je vais prendre le temps de lire d'autres messages de ton blog !).
Cela fait maintenant près d'un an et demi que j'ai écrit mon commentaire, que j'ai acheté le livre de JSF et celui de Béatrice Millêtre. Un an et demi que je me pose encore beaucoup de questions, mais différemment. Et la bonne nouvelle, c'est que ça va beaucoup mieux ! Je vais essayer de trouver les raisons de ce mieux-être, parce que je pense que ça peut intéresser plusieurs de ceux qui ont fait des commentaires - qui présentent souvent une situation triste, voire désespérée.

Tout d'abord, la lecture de ce livre (et tout ce qui va autour) m'a permis de me comprendre un peu mieux mais surtout de m'accepter. C'est un processus qui a pris du temps mais qui me semble indispensable si on veut aller mieux (encore faut-il le vouloir vraiment...) : accepter les choses telles qu'elles sont au lieu de lutter contre elles. Une fois qu'on a accepté, on a libéré une énergie, auparavant consacrée à refuser la réalité, et on peut utiliser son énergie à d'autres choses plus positives. Ce qui peut inclure changer les choses ; mais on ne peut les changer qu'une fois qu'on a les acceptées. Ca peut paraitre paradoxal mais c'est tout simple : si on refuse d'accepter que nos jolies nouvelles chaussures nous bousillent les pieds, on ne pourra jamais guérir de notre mal aux pieds... Donc, accepter que je suis une zébrette m'a permis de souffler.

Ensuite, j'ai utilisé le livre comme moyen de faire mon "coming-out" auprès des personnes de mon entourage (les plus proches, évidemment). Et en parler avec ma famille et certains de mes amis m'a fait beaucoup de bien aussi, et a fait du bien à notre relation. De plus en plus de détente, youpi !

Enfin, je pense que l'apprentissage le plus important a été d'apprendre à me faire confiance et à m'écouter. J'ai quitté une situation confortable mais insatisfaisante (boulot/s bien payé/s, grand et bel appartement, chéri gentil mais absent, cotisation retraite) pour faire ce qui m'attirait vraiment. J'ai quitté le chéri, les boulots et l'appartement, je suis retournée à la fac et j'habite dans un studio de 20m². Et je suis la plus heureuse des Fabienne ! :) Mon "intelligence" m'a permis d'avoir des bonnes notes (donc une bourse supplémentaire) et de garder des contacts professionnels avec mon ancienne vie (quelques revenus assurés de temps en temps, ça ne fait pas de mal).

Voilà pour faire bref (...). Je suis prête à reparler de tout ça avec les zèbres et zébrettes qui le souhaiteront, vous pouvez me contacter via mon blog.

Plein de pensées positives à tous, ne baissez pas les bras : notre "différence" (même si moi aussi il m'arrive d'en douter) peut être un atout. Nous sommes des gens super (qui ne l'est pas ?) !

PS : Depuis un an et demi, je suis allée deux fois consulter une psy du bureau de JSF à Avignon, j'ai été déçue les deux fois...

Fabienne a dit…

désolée pour le commentaire en double, erreur de manip...

Anonyme a dit…

Bonjour à toutes et à tous.
La chaîne s'étant interrompue le 11 décembre dernier, je vais tenter de la relancer.
Non pas dans la même lignée du "je suis différent/incompris etc", non pas en cherchant ce qui est différent entre nous, mais plutôt par rapport à ce que nous avons tous de commun.
Mon rêve le plus fort est qu'un jour le monde puisse profiter de tous les bienfaits que cette Terre nous procure, qu'on sorte de cette machinerie socio-économique infernale dans laquelle nous sommes plongé, pour que le bien-être collectif triomphe sur l'intérêt individuel.
Je souffre de voir le monde tourner de cette manière sans avoir de moyen de faire quoi que ce soit, de voir l'humanité réduite à la forme la plus subtile d'esclavage...
Etre témoin de ce spectacle, voire la masse l'accepter sans broncher...
D'où peut bien venir l'étincelle?
Quand est-ce que le vrai Humanisme va enfin triompher?
Comment être heureux lorsque son voisin ne l'est pas?
Quelle puissance peut revêtir la volonté?
Doit-on simplement attendre que la Nature fasse le ménage d'elle-même?
Je vous aime tous

Gérard GILBERT a dit…

Qui pourra m’expliquer pourquoi ce fil est le seul à avoir autant de réponses alors que j’ai déjà écrit plus de 140 messages sur ce blog ?
Est-ce parce que j’ai cité le livre de cette psy et que les moteurs de recherches style « gogole » l’ont référencé quelque part.
Ceci dit, et non ce « sidi » (vieille blague que les moins de 60 ans ne peuvent pas comprendre) je ne méprise nullement, ni ne me désintéresse de celles et de ceux qui me font l’honneur de passer ici, déposer leurs réflexions.
Quant à « anonyme » :
Je souffre de voir le monde tourner de cette manière sans avoir de moyen de faire quoi que ce soit, de voir l'humanité réduite à la forme la plus subtile d'esclavage...
Etre témoin de ce spectacle, voire la masse l'accepter sans broncher...
D'où peut bien venir l'étincelle?

Qu’il se rassure ! Une fois de plus, il n’est pas le seul à avoir ce genre de pensées en ce moment.
Commençons par faire le bien autour de soi. Ne portons pas le poids du monde sur nos épaules. Personne ne nous le demande. Pas même Dieu.
Mais la fin du monde pour 2012 me tente de plus en plus. On entend de nombreux craquements, de nombreux grondements de révolte dans les peuples de la terre entière.
Des tremblements qui ne sont pas de « terre » mais qui pourront provoquer des tsunami de révoltes aussi ravageurs que celui du Japon.
Mais je ne suis pas devin, et le « pire n’est jamais sûr » selon la formule consacrée.

Anonyme a dit…

Chères douées, chers doués,

Nous sommes en 2012, et j'ai 2 ans de retard sur la dernière réponse de ce fil.

Qu'importe, il fallait que je vous fasse partager mon expérience du "doué".

Tout d'abord, à presque 30 piges, je n'ai eu connaissance de cet ouvrage que très récemment, mais son évocation dans différentes émissions a raviver une vieille plaie que je pensais refermée.
Effectivement le bonheur ne fait pas partie de mon vocabulaire, même si je suis comblé en terme de vie de famille... Mon cerveau analyse continuellement et se retrouve souvent en surchauffe... ce qui occasionne des phases fatigue intense, de déprime et l'impossibilité de profiter du moment présent.
J'ai, en outre, toujours bcp de projets au bout desquels je ne vais jamais (tiens si je me remettais à la peinture... oh et puis non, jvais plutôt faire de la 'zic...mais noooooon les vieilles bagnoles c'est ça mon truc... quoique...) ce qui rajoute à cet état d' esprit de loose perpétuelle.

Cependant, il me semble avoir trouver un espoir... La méditation. Bon je viens de commencer, mais j'ai déjà pu remarquer que j'étais plus focused, et légèrement plus calme
(moins en colère disons)qu'à l'accoutumée.
Il ne me reste plus plus qu'à trouver 1200e pour réaliser un stage de méditation transcendantale ( un must) qui me permettra peut etre un jour de connaître la PAIX! c'est pourquoi je mets en vente mon rein droit qui.... naaaan j'rigole...

Bon en conclusion je dirais que les doués ont besoin de 2 choses: du blé et méditer !!! voilou

Gérard GILBERT a dit…

Ma doué ! Encore un « doué » !

Ma doué! Encore un doué! J'ai l'impression de m'être multiplié par scissiparité.
Mais qu’est-ce que vous avez tous à venir ICI, sur ce message, alors que j’en ai écrit plus de cent quarante que vous méprisez tous à mon plus grand désespoir !
Quant à mon dernier « Anonymous » je l’informe qu’il n’a pas besoin de « blé » pour la médiation. De nombreux anachorètes du temps passé sont là pour le prouver !
Il y en a même qui ont passé une vie entière au sommet d’une colonne, seul ! Voir la vie de saint Daniel le stylite ! Je ne vous dis pas si cela devait « cocoter » un brin à côté de lui. Même si l’on parle « d’odeur de sainteté » !

Anonyme a dit…

Hallucinant ! Moi qui me croyais seule, je découvre des gens qui ressentent et vivent les mêmes choses. Merci à Gérard. Même si j ai appris à découvrir qui j'étais, dur de vivre heureuse.. Et la je me dit pourquoi moi... Suis-je condamnée... Prisonnièré de mes pensées en ébullition..

Gérard GILBERT a dit…

A tous mes interlocuteurs qui m'ont si gentiment répondu et qui ont fait le sujet de cet article, je leur rappelle qu'un homme m'a aussi beaucoup apporté de réponses à mes interrogations existentielles; il s'appelle Henri Guillemin:

http://capharnaumpensees.blogspot.fr/2013/02/henri-guillemin.html

Emilie a dit…

C'est qui cette pute? (La psy j'entends)

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...