dimanche 31 mars 2013

La solitude de Joseph

Décidément ce prénom porte à la solitude. On connaissait déjà celle de l'époux de la Sainte Vierge qui fut un père « morganatique ». Situation peu enviable s'il en fut ! Il y eut aussi le célèbre « père Joseph » éminence « grise » de Richelieu, travaillant dans l'ombre du grand ministre à la pourpre cardinalice et dans la discrétion historique la plus absolue, au point que quasiment aucun de nos concitoyens ne connaît son existence. Ils ont déjà du mal à situer le siècle où vécurent ces hommes, ce n'est pas pour connaître les faits et gestes d'un obscur capucin ! Mais revenons à celui qui m'a inspiré ce récit.
Une maison d'édition a eu la grande générosité de me refiler deux places pour cette manifestation annuelle, ce « bûcher des vanités » littéraire que l'on nomme « salon du livre », à la porte de Versailles. Je m'y suis pointé très démocratiquement en RER et en métro. La voiture devenant un moyen de transport dispendieux et un casse-tête infernal pour se garer. Sans oublier le racket éhonté des sociétés de gardiennages de nos chers, très chers, tas de ferrailles. Je suis donc arrivé sans encombres dans ce grand temple de la culture livresque, au bout d'une bonne heure de transport.
J'avais eu la bonne idée, un peu snob et très utilitaire, de me munir d'un bon bouquin pour passer le temps !
Quoi de plus normal quand on se rend à un salon consacré aux livres ! J'arrive donc dans ce « Barnum » de l'édition, et je commence à parcourir toutes les allées, tous ces stands où se vend et s'étale la production littéraire de l'année. Il ne faut pas se leurrer, c'est bien à une « foire » à laquelle on assiste. Il s'agit de vendre sa camelote aux badauds qui passent. Mon goût premier, à moi, c'est d'abord pour les beaux livres, ces petits bijoux de l'artisanat de la reliures et des belles éditions aux très belles images. Ce n'est pas de ma faute, je suis d'abord un « visuel » ! Le contenant m'intéressant presque autant que le contenu. Et là je tombe sur les éditions « M.Moleiro »
Une splendeur ! Le « must » ! Plus beau et plus riche que ça, il faut être un oligarque russe pour pouvoir se les offrir ! Je prends deux petites brochures gratuites mise à la disposition du visiteurs. Je les mets dans mon sac en plastique sans conviction, par réflexe.C'est seulement de retour à la maison que je m'apercevrais avec stupeur tout la beauté fantastique des miniatures qu'elles contiennent !
Des enluminures dorées d'une grâce sans pareil sur l'art oriental et médiéval. Ah punaise ! Et gratos encore ! Si j'avais su, j'en aurais piqué plus d'une ! Ensuite, puisqu'il faut sacrifier un peu à la culture et à la notoriété de ceux qui viennent faire signer leur œuvre, je me suis diriger vers les stands des grandes maisons d'éditions. Comme je ne suis pas un fana du léchage de pompe culturel devant un écrivain qui dédicace son « chef d'oeuvre » je me suis contenter de le photographier au passage. Ah ! Il y en avait du « beau linge » littéraire ! Tout le petit gratin que l'on voit habituellement dans nos lucarnes magiques. Des journalistes, des comédiens, des écrivains, des docteurs, et même un juge d'instruction échappé de son cabinet. Mais franchement, tout ceci m'a saoulé très rapidement.
A propos de « saoulé » j'ai quand même eu le plaisir et la joie de découvrir une « rareté » une chose incongrue ; le piano à cocktails du regretté Boris Vian ! Malgré cette petite distraction culturelle d'un autre âge, je n'ai plus le goût pour ce vedettariat temporaire et fabriqué à la gloire de la vanité humaine fragile et
très éphémère. C'est donc, un peu fatigué et désabusé que je me rapproche tout doucement de la sortie. Les stands sont plus clairsemés, la foule beaucoup moins dense, et le chaland plus rare. Et c'est là que je l'aperçois, mon brave Joseph. Il est assis derrière son stand, son tas de bouquins bien sagement entassés devant lui. Mais personne autour de lui ! C'est le grand désert ! Il est désespérément seul. Il ressemble à un petit retraité tenant un stand, au forum des associations de sa commune. Pourtant, sa bouille ronde et ses cheveux argentés me disent vaguement quelque chose.
Ah bon Dieu ! Mais c'est bien sûr ! Je vois soudain le titre des livres, sur la table :
« Un sac de billes » !
Joseph Joffo dont tout le monde a ,au moins, un exemplaire d'un de ses livres chez lui ! J'ai comme un pincement au cœur quand j'entends, au loin, les clameurs qui s'élèvent des stands des « vedettes »  du jour ! « Sic transit gloria mundi » ! J'adore cette expression latine que nos pères citaient souvent : « « Ainsi passe la gloire du monde » ! Et c'est bien vrai, quand je vois la silhouette voûtée de ce brave  Joseph ! Personne autour de lui ! Et moi, j'ai la suprême faiblesse, la timidité redoutable, la petite lâcheté mesquine de ne pas lui accorder, ne serait-ce que quelques instants de mon temps qui n'est plus précieux pour personne, depuis belle lurette ! Même si la création est un exercice solitaire, tout créateur a le désir secret d'une gloire populaire tapie au fond de son cœur. Même Cervantès, le « manchot de Lépante » lorsqu'il écrivait son « Don Quichotte » au fond de sa prison pour dette, devait y songer un peu. Même s'il ne se doutait pas de la renommée universelle et intemporelle que son chef d'oeuvre aurait par le suite. Quand cette gloire vous tombe dessus, quel bonheur cela doit-être ! Aucune grande fortune au monde ne peut donner ce genre d' ivresse. Mais quand elle s'envole ? Qu'il ne vous reste plus que l'amertume des souvenirs ? Pourtant, je suis sûr d'une chose, concernant cet auteur passé de mode, c'est qu'il lui reste un plaisir absolu, un bonheur simple que l'on ne lui retirera jamais. Ceci étant vrai pour n'importe qui ayant découvert ce trésor caché : l'écriture ; c'est la joie simple de générer des mots, des phrases, de créer des personnages ou simplement de raconter de belles histoires, inventées ou réelles qu'importe ! Tels des dieux, les créateurs sortent du néant ce que leur intelligence met en forme pour le bonheur de la multitude. Que l'on soit anonyme, célèbre, ou tombé dans l'oubli l'essentiel c'est de savoir que créer c'est faire un don de soi aux autres! Et d'une certaine manière, c'est une autre façon d'aimer la vie et l'humanité. Alors, mon brave Joseph « solitaire », je tempère ma tristesse à ton sujet, sachant tout le bonheur secret qui dort encore en toi.



mercredi 20 mars 2013

Espion....couche-toi !

Vous aurez remarqué toute de suite, j'en suis sûr, l'espièglerie littéraire habituelle qui consiste à détourner le titre d'un film célèbre  d'Yves Boisset: « Espion, lève-toi ». Vous finirez par comprendre le « pourquoi » de la chose, si vous avez le courage ou l'amitié de suivre mon récit jusqu'au bout ! Ne me dîtes pas non plus, que vous n'avez jamais vu le film « La totale » où l'on voit un faux ingénieur des Télécoms, sous les traits de Thierry Lhermite, tromper « professionnellement » sa pauvre épouse jouée par Miou-miou. Celle-ci ne se doutant pas une seconde des activités d'espionnage de son mari au service de la France ! Petit film sympa que nos charmants camarades amerloques nous ont honteusement pillé, en en faisant une grosse machinerie hollywoodienne : « True Lies » avec Schwarzenegger et Jamie Lee Lewis. Dès qu'on a un scénario original, il faut immédiatement que ces « sauvages » nous le piquent ! Je ne dis pas que le film n'est pas une réussite méritée, mais quand même ! Vous vous demandez pourquoi je fais cette « intro » aussi tonitruante dans le monde de l'espionnage. C'est simple ; j'ai vécu, moi aussi, à mon modeste échelon, un peu de cette aventure à la « true lies » dans la grande entreprise aéronautique dans laquelle j'ai « sévis » pendant plus de trente ans. Est-ce dans mes gènes ou un penchant, au fond, assez commun, mais j'ai toujours été fasciné par le monde du renseignement et des espions. Je tiens peut-être aussi cela d'une grand-mère paternelle, s'ennuyant ferme dans ses Ardennes, qu'avait fui Rimbaud, un siècle auparavant pour les mêmes raisons, et qui collectionnait « religieusement » la célébrissime revue criminelle : « Détective » ! Revues qui s’amoncelaient dans le grenier de sa maison et que je parcourais pendant les journées pluvieuses des vacances de mon enfance. Comme le disait, d'une manière si charmante, Raymond Devos, dans un de ses sketchs célèbres, à propos de Saint-Simon ; ma chère « Mémère » avait la mémoire en trou de serrure et se passionnait pour toutes les affaires criminelles de son époque.Pour ajouter du « charme » à cette « tare » familiale, j'ai eu aussi, un grand oncle, toujours du côté paternel, qui m'avoua un jour, avoir fait partie de la DST à son origine. Il se vantait même, d'avoir eu pour mission d'ouvrir secrètement, à la vapeur, des courriers dangereux. Jetons un voile pudique sur ces confidences un peu suspectes car je les soupçonne fort d'avoir été inventées pour éblouir un garçonnet trop crédule ! Mais revenons, s'il vous plaît, à ma grande société aéronautique où je débarquais au début des années 70. Émerveillé par ce monde de l'aviation qui me passionnait, et qui me passionne toujours, je ne m'étais pas du tout rendu compte qu'elle pouvait abriter un véritable nid d'espions que l'on nomme parfois d'une manière élégante et un peu snob : « honorables correspondants » ! J'aurais dû pourtant m'en apercevoir assez rapidement à cause d'un incident survenu quelques années après mon embauche, quand je passais de mon service opérationnel sur les pistes, à celui, très nouveau et fascinant de l'informatique dans les sous-sols de l'aérogare d'Orly-Sud. J'avais là de nouveaux collègues, des supérieurs et un chef de service qui fleurait bon la Bretagne et les embruns, très sympathique avec sa tête ronde sortie tout droit du pays bigouden ! C'est à cette époque que survint une surprise, un tantinet désagréable, et qui me tomba sur le paletot sans crier gare ; j'étais convoqué par l'armée pour faire une période militaire de trois jours ! Plus de trois ans après la fin de mon service ! J'en avais plutôt gros sur la « patate » ! Non mais imaginez un peu ? Vous croyez en avoir fini avec l'armée, que c'est un souvenir qui s'estompe, et poum ! On vient vous cueillir pour recommencer le cirque militaire ! Et pas moyen d'y échapper !
Sinon, vous êtes considéré comme « déserteur » et les gendarmes partent illico à votre recherche.
Le copain qui a fait ses trois jours avec moi, les gendarmes sont allés le chercher aux Pays-Bas, à Amsterdam, où il était commercial pour une société ! Raccompagné en train, entre deux gendarmes !
Mais vous allez voir le plus étrange ; c'est que la « réserve » comme on l'appelle, et qui peut sembler nécessaire pour certaines fonctions délicates qui exigent un entraînement périodique, ne concernent quasiment que des officiers, ou des sous-officiers, à l'extrême rigueur. Jamais des « deuxièmes pompes » comme moi ! Et ben si !
Moi qui ne gagne jamais au loto, au tiercé, parce que je n'y joue jamais, là, j'avais décroché la timbale ! Moi, simple soldat, simple troufion, l'armée jugeait ma présence indispensable !
Et pas n'importe où,  s'il vous plaît ! Dans l'endroit le plus secret, le plus gardé, le plus mystérieux de l'époque ; le PC atomique souterrain de la base de Taverny, au nord de Paris. 
La base aérienne BA921 qui ne possédait aucun avion ! Et pour cause !
Je vous rassure tout de suite ; cette base n'existe plus et ses missions ont été transférées, si je suis bien au courant, du côté de Lyon. Donc, il y a prescription, et je peux en « causer » librement !
Alors, voilà-t-y pas que je débarque dans cette base, un lundi matin, en civil, bien entendu !
Ils n'ont pas poussé le vice jusqu'à nous rhabiller en militaires ! Un sergent m'emmène dans sa « jeep » à l'intérieur de cette caverne monumentale. Ce qui m'amuse, c'est que les « jamesbonderies » que j'ai vu au cinéma ne m'impressionnent plus du tout, à côté de ce que j'ai aperçu durant mes pérégrinations militaires. On croit que c'est une banalité de dire que la réalité dépasse la fiction ; ce n'est pas une banalité, et la fiction est toujours enfoncée!
Au bout d'un voyage interminable, passant de lourdes portes blindées, nous arrivons dans d'immenses salles de contrôles avec les cartes partout sur les murs, des consoles radars aussi nombreuses que dans une laverie automatique de la banlieue. Je me remets un peu de ma surprise. J'ai la tête qui me tourne. Je suis ébloui par tout ce qui m'entoure. Je suis encore dans cette disposition mentale lorsqu'une porte s'ouvre sur un type en uniforme de capitaine de l'armée de l'Air. Et là ! Oh  stupeur ! Mon chef de service d'Orly ! On reste tous les deux pétrifiés par la surprise !
_Vous ? Mais qu'est-ce que vous foutez là ? Me demande-t-il avec un grand sourire !
_Et vous ? Monsi.....Pardon ! Mon capitaine !
Je ne vous parlerai pas de ce que j'y ai fait. Déjà, parce que j'en ai la flemme, et parce que cela ne vous passionnerait probablement pas ! Le seul petit détail cocasse que je puis révéler et qui m'a beaucoup amusé, c'est que j'avais devant moi un panneau avec un tas de bouton rouge sous lesquels on pouvait lire des lieux précis, des endroits de Paris et de toute la région parisienne. C'étaient les boutons de commandes de toutes les grosses sirènes d' alerte qui sonnent une fois par mois à midi !
Ah ! Je vous vois venir ! Moi aussi, ça m'a démangé ! Mais je ne suis pas sûr que cela aurait été très apprécié par les « huiles » en uniformes autour de moi, et cela aurait eu pour conséquence de prolonger un séjour que je voulais plutôt écourter ! De retour à mon boulot d'informaticien, à Orly, je croisais souvent mon « capitaine » et nous avions un sourire de connivence comme ceux qui partagent un secret bien gardé. Ce qui m'étonnait aussi, c'était ses très nombreux voyages à l'étranger. Il se vanta même, un jour, de revenir de Chine ! Et croyez-moi, à l'époque, ce n'est pas aussi courant qu'aujourd'hui ! La partie de « ping-pong » sino-américaine qui scellait l'ouverture politique de ce pays était encore très récente. Mais je n'en saurais pas plus ! Il est même fort probable que je fantasme gravement sur une activité qui n'a jamais eu lieu. Et s'il l'apprenait, il serait sûrement le premier à se taper sur les cuisses de rigolade. Comme je vous l'ai déjà signalé, je me suis passionné depuis toujours pour le monde du renseignement. Mais le « vrai » ! Pas celui du cinéma ou de la littéraire. Bien que dans ce dernier domaine, celui qui s'en approche le plus est John LeCarré ! Forcément, il fut lui même un « honorable correspondant ». Voilà pourquoi je collectionne depuis longtemps certaines biographies intéressantes : William Colby, Vernon Walters, De Marenches, Roger Wybot, Leroy-Finville, Barril, ect...Rassurez-vous, je ne suis nullement dupe de la sincérité, un tantinet frelatée, de ces spécialistes du mensonge. Vous pensez bien, que ce qu'ils daignent nous raconter, est aussi insipide et délavé qu'un roast-beef anglais bouilli dans une sauce à la menthe ! C'est un joyeux « brouet » ou chaque mot est pesé pour ne pas révélé des secrets que le simple quidam ne doit jamais savoir ! Ce fut surtout vrai pour William Colby, ancien directeur de la CIA dont j'avais acheté et dévoré le livre. J'ai revu, très récemment, et par le plus grand des hasards, un documentaire télé qui lui était consacré. C'est ainsi que j'ai découvert (mais pouvait-il en être autrement) que ce cher « William » avait omis de nous raconter beaucoup de choses sur ses activités, notamment au Vietnam, et qui ne se trouvaient pas dans son bouquin. Malgré tout, je ne pouvais résister à mon petit « péché » mignon ! Dans ces montagnes de mensonges, il y avait peut-être une miette de vérité qui pouvait m'intéresser ? Allez savoir ? C'est ainsi que je fis l'acquisition du livre des mémoires d'Alexandre de Marenches, ancien patron de la DGSE dont le nom fleure bon la vieillesse noblesse française. Il est d'ailleurs assez cocasse de constater que nos « ci-devants » ont bien su, depuis cette dramatique époque révolutionnaire, se reclasser dans des postes prestigieux dignes de leur ancien rang : diplomatie, industries, politique, ect... « Chassez le naturel... ». Donc, je parcours son livre et soudain, je tombe sur un autre nom à particule ! Mais sur celui-ci, je vais rester discret. Car il me dit « vachement » quelque chose, celui-là ! Je le croise tous les jours au boulot ! D'accord ! Un nom ne veut rien dire ! Il y a plus d'un âne qui s'appelle Martin me rappelleront certains, d'une manière très vulgaire et déplacée. Mais le mien « d'âne » ne s'appelle pas Martin et son patronyme n'est pas courant, et surtout qu'il porte le nom d'un patelin de la région ! Il est le commercial (qu'est-ce que je vous écrivais plus haut?) d'une grosse société d'informatique, dont je tairais aussi le nom. Sa qualité professionnelle l'amène très fréquemment chez nous pour des contrats pharaoniques de matériels informatiques dernier cri. Et tout le monde sait que dans ce domaine, la valse des nouveautés n'a pas fini de tourner, même à notre époque.
Oh punaise ! Ce serait quand même....extraordinaire ? Non ! Je rêve ! Je fantasme ! Je vais me réveiller ! A chaque fois que je croise dans les couloirs ce monsieur très chic, très « vieille France », sa silhouette mince, « passe-partout, avec son costume gris clair et son gilet assorti, mon cœur rate un battement et il me brûle de l'apostropher.
Et puis un jour, sans crier gare, sans l'avoir voulu, Ô miracle ! Une occasion inespérée se présente.
Notre service, comme tout bon service informatique, possède un vaste atelier de reprographie où l'on fait force photocopies où l'on conditionne les listings sortis tout frais des imprimantes de nos gros ordinateurs, et où on va même jusqu'au massicotage et à la reliure de brochures diverses !
J'entre donc dans l'atelier pour une vulgaire petite photocopie. Dans la salle désertée pour cause de repas j'aperçois mon homme, seul, devant la photocopieuse. Alors là, c'est le moment ou jamais ! Je m'approche timidement de lui, et je lui sors tout de go :
_Pardon Monsieur de.... vous n'auriez pas un parent à la DGSE, des fois ? Oui, je sais ! Il faut être gonflé, inconscient, mal poli, indiscret, imprudent, et bien des choses pour avoir ce culot !
Mais que voulez-vous, ma curiosité et ma soif de connaissances ont toujours été chez moi, une maladie « orpheline » contre laquelle je n'ai jamais pu lutter victorieusement.
Et là, je vois mon homme faire le regard circulaire classique, que l'on voit dans tous les bons polars, dans tous les bons films d'espionnage, ou « l'indic » qui s'apprête à donner un renseignement capital, fait vachement gaffe pour savoir si personne d'autre ne vas écouter sa confidence. Il se penche vers moi, et me fait dans un murmure de connivence :
_Vous êtes de la « Maison » ?
Oh purée ! Le choc ! J'aurais reçu une décharge électrique de cent mille volts que je n'aurais pas été plus secoué ! Car ce terme de « maison » distillé comme un mot de passe convenu entre gens du même « club privé » me faisait comprendre que j'avais visé juste.
_N...on ! Non ! Bredouillais-je très rapidement et lamentablement. Et je m'empresse de lui expliquer le « pourquoi » de ma curiosité. Il se fend d'un large sourire, et me fait cette confidence qui ne me rassure pas du tout.
_Non, il s'agit de mon frère qui est le directeur du service « action » !
Hou ! La ! La ! Je me recroqueville mentalement de plus en plus ! Je serre les fesses beaucoup plus concrètement et je pense en mon for intérieur ; « mais qu'est-ce qui m'a pris de me mêler de ce qui ne me regardait pas ? ». Pourtant, mon interlocuteur, très affable et qui ne semble pas du tout gêné par mon indiscrétion, me fait l'insigne honneur de discuter le « bout de gras » sur cette « maison » qui semble fortement être aussi la sienne.
Étonnant non ? Et pourtant, parfaitement authentique. Je vous le jure ! Je me suis quand même retiré sur la pointe des pieds, les muscles fessiers toujours bloqués, en faisant une petite prière pour que mon interlocuteur éphémère n'aille pas raconter cette petite entrevue à son frangin. Dans ces milieux là, on ne sait jamais ce qui peut leur passer par la tête. Dieu merci, je suis toujours vivant ! Car je suppose que nous n'avons pas dû échanger des secrets vitaux pour la sauvegarde de la nation française. Ceci vous explique que mon milieu professionnel était quand même bien exposé à ce genre d'activités plus ou moins louches. Je me souviens aussi, quasiment à la même époque, d'un de nos chefs de service au profil plutôt bizarre. Déjà, c'était un ancien colonel de parachutiste. Si ! Si ! J'écris bien « colonel de paras » ! Ce qui ne l'empêchait pas d'être à la tête d'un service informatique. Il avait gardé de son ancienne activité militaire des réflexes et des tics assez « folkloriques ».
C'est ainsi que dans nos réunions hebdomadaires, il ne manquait, pour rappeler l'armée, que les casques lourds, les treillis et les cartes d'état-majors. Cela ressemblait plus à un briefing avant une action militaire qu'à une réunion de travail sur nos problèmes informatiques. Et nous attendions tous, avec gourmandise, la dernière et immuable phrase, de notre « chef de bataillon » en guise de conclusion :
Bon ! J'espère que tout le monde à les couilles claires ?
Et là, de nous esclaffer grassement et hypocritement comme tous les bons fayots d'employés vis-à-vis d'un supérieur.
Jusqu'au jour où il s'aperçut que parmi tous les mâles qui constituaient habituellement nos réunions se trouvait, pour la première fois, une représentante du sexe féminin. C'est bien la seule fois où nous l'avons vu rougir jusqu'aux oreilles en se fendant de plates excuses auprès de cette dame qui prit la chose avec beaucoup de joie comme vous pouvez vous en douter !
Que notre chef fut un ancien militaire, en soi, cela ne prêtait pas à fantasmer sur d'autres activités plus ou moins irrégulières, mais, mais, mais..ce que j'appris par les confidences d'un collègue était beaucoup plus suspect.
Celui-ci était vaguemestre et s'occupait du courrier interne de l'entreprise. C'est ainsi qu'il m'apprit que notre brave colonel l'envoyait souvent porter des lettres confidentielles dans divers ministères stratégiques de la république. Et qu'on aille pas me dire que cela concernait exclusivement « l'informatique » ! Ah ! Il s'en passe des « choses » sur nos belles plate-formes aéronautiques.
Ce qui est tout à fait logique quand on sait qu'elles sont ouvertes sur le vaste monde et que tant de monde s'y croise !
Pour conclure, si vous pensez que tout ceci sort de l'imagination débridée et irresponsable d'un romancier raté en peine d'attention, vous aurez raison ! Je ne tiens pas à avoir d'ennuis avec la....
« maison » !
Et l'espion très.... amateur que je suis, n'a plus qu'à aller se.....coucher !


dimanche 10 mars 2013

Le fils caché de Galabru

Les vérités graves vous tombent dessus, au soir de votre vie, alors que vous ne demandez rien à personne. Je vais même provoquer un scandale en semant le trouble et la zizanie dans la famille d'un grand acteur que j'admire et que j'aime depuis toujours ; Michel Galabru. Cela me fait de la peine mais la vérité a parfois des exigences que nul ne saurait combattre. J'avais bien eu quelques soupçons à l'examen de toute la filmographie de ce grand personnage de la scène, en l'examinant de près. Quelques réflexions d'amis ou de proches m'avaient mis aussi la puce à l'oreille. Mais comment pouvais-je me douter ? Jamais ! Ô grand jamais, une pensée aussi insolente ne m'avait traversé l'esprit ! Pensez-vous ! Le premier souvenir de mon futur « papa » est tellement fugace que c'est à l'occasion de la vision du générique de « Cyrano de Bergerac » avec le regretté Daniel Sorano, que je me souvins d'un certain Ragueneau joué par mon « géniteur » incongru J'avais alors, à peine douze ans ! Galabru, ce que beaucoup trop de gens ignorent, faisait alors partie de la Comédie Française. Je l'ai donc suivi de loin, tout au long d'une carrière d'acteur magnifique. Je ne m'étendrai pas sur ses rôles de gendarmes dans la ville de Saint Tropez. Non pas que je n'y ai pas pris beaucoup de plaisir, comme des millions de Français, mais mes souvenirs les plus magnifiques, mes plus grandes joies dramatiques que je lui dois sont : « les Rustres » de Goldoni. Le Molière italien ! Et il y eut aussi le génial et sombre film: «le juge et l'assassin » où il déploya toute l'étendue de son génie d'acteur. Galabru acteur comique ? Qui l'a vu dans « Uranus » de Claude Berri où il joue un père atroce qui vomit un fils encore plus pourri que lui, pendant l'occupation allemande, ne le verra plus sous cet unique aspect. Bref ! J'étais totalement innocent de la connaissance de cette filiation quand survint un incident qui me révéla ce secret redoutable.
Je me promenais à vélo quand je rencontrais un ami accompagné, comme à son habitude, de ses deux petits chiens. Je descends de ma bicyclette, je lui fais un brin de causette,et voilà t-y pas qu'une voiture s'arrête brutalement, en pleine rue, à notre niveau. Une jeune femme en sort en courant et qui se précipite vers nous. Tiens ? Elle cherche une adresse ? Pas du tout ! Madame veut des renseignements sur les toutous de mon ami. S'engage une conversation un brin décalée, à laquelle se mêle encore une autre femme trimbalant un autre « toutou ». Je me sentais un tantinet « piéger » dans cette conférence sur des « clébards » dont je me foutais royalement. Heureusement, la conversation se termine et cette jeune femme se met à foncer en courant vers sa voiture. C'est alors qu'elle se retourne et me fixant de ses yeux d'un bleu délavé qui me clouent l'âme, elle me lance cette phrase impérissable : « Vous savez que vous êtes le portrait craché de Galabru ? »
Ça, c'est un truc à vous flinguer sur place, à faire un « infractusse » illico ! Surtout que nous n'avions pas échangé un seul mot, vu que j'étais le seul à ne pas avoir de compagnon canin, donc pas « intéressant ». Vous dire que mon atteinte au moral fut sévère serait d'une banalité désarmante, car le fait d'être probablement le « fils caché de Galabru » est sûrement une grande fierté intellectuelle que l'on ne saurait refuser, mais sur le plan physique qu'il y aurait comme quelque chose de lourd à porter. Si, du moins, vous compreniez à demi-mot ce que je veux dire ! (Et cela m'arrangerait beaucoup). Sur le plan de la fierté paternelle, j'y ai beaucoup gagné. Par contre sur le plan de ma séduction personnelle....mon deuil est définitif et sans appel !
Pardon Maître ! Je vous aime !

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...