mercredi 21 juillet 2010

La reconversion des « chauffeurs »

Pour pas mal de béotiens, le mot « chauffeur » évoque immédiatement un conducteur de voiture ou de poids lourds. Pour les plus anciens, on peut même pousser jusqu’aux mécaniciens de locomotives. Mais peu savent que les « chauffeurs » étaient de redoutables bandits qui écumaient nos belles campagnes d’autrefois. Quand j’écris « autrefois », je parle du temps des diligences et des malle-poste. Et bien avant les peaux-rouges, celles-ci étaient attaquées par d’affreux jojos sans scrupules. Mais dans les campagnes reculées sévissaient d’autres horribles tortionnaires qui surgissaient la nuit, dans des fermes isolées, afin de les piller. Et comme nos paysans étaient un peu récalcitrants à donner la cachette de leur maigre trésor, nos impitoyables mauvais garçons les torturaient en leur brûlant la plante des pieds. D’où le terme « poétique » et un peu pervers de « chauffeur » !
Dieu merci, cette époque troublée est enfin révolue. Cependant, les descendants de ces redoutables malfrats se sont reconvertis d’une manière plus « sociale » et plus paisible.
Ben ! C’est qu’il faut bien s’adapter à son époque. Mais ce n’est pas facile de rançonner à nouveaux les malheureux touristes et les voyageurs qui sillonnent nos belles contrées.  
C’est compter sans la redoutable ingéniosité de l’esprit humain. C’est ainsi que l’on voit fleurir sur nos belles autoroutes, de loin en loin,  des « relais », arrêts quasiment obligatoires pour l’essence,  la nourriture et les « vidanges biologiques » indispensables,  où vous attendent de braves commerçants qui vous vendent un tas de choses sans intérêts, des babioles touristiques « made in china » à des prix exorbitants dont même un « beauf » de Belleville ne voudrait pas.  Ne cherchez plus ! Ils sont là nos « reconvertis » !
Ils n’ont plus « l’escopette » chargée de gros sel ou le brandon rougissant, mais seulement  le tiroir-caisse triomphant et indolore ! Enfin….pour votre peau, pas pour votre carte bancaire ! 

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...