samedi 6 juillet 2013

Sors de ce corps, Albert !

Il en est enfin sorti à plus de quatre vingt dix ans, moi qui le croyais mort depuis longtemps. C'est qu'il a habité un autre corps, il y a de cela plus de quarante ans. Et l'histoire que je vais vous raconter est tout à fait authentique. J'avais juste vingt ans et je faisais mon service militaire. Chose incongrue que mes enfants ne connaîtront jamais. Je venais d'être rapatrié de ma base de Bou-Sfer en Algérie, car le site de Mers-el-Kébir venait d'être rendu aux algériens par le général De Gaulle à la grande fureur de l'OTAN. J'atterrissais donc (ce qui est normal pour un militaire de l'armée de l'Air) sur la base d'Orange Caritat, dans le sud de la France, près d'Avignon. Belle base aérienne avec ses Mirage IIIC et ses Mirage IV porteurs de la bombe atomique française. J'eus l'immense bonheur, moi passionné d'aviation, d'être affecté dans la tour de contrôle avec ses immenses baies vitrées qui dominaient tout le paysage et notamment le mont Ventoux, si cher aux cyclistes du tour de France qui ressemble à si méprendre au « Fuji-Yama » que les japonnais vénèrent comme un dieu. Mais l'armée ne m'avait pas mis là pour admirer le paysage. J'avais pour mission de noter à la minute près, toutes les heures d'atterrissage et de décollage des appareils qui défilaient devant moi, ainsi que leur immatriculation, bien évidemment. J'avais aussi, une autre tâche tout aussi importante qui consistait à recevoir par téléphone les prévisions météorologiques de la région. Prévisions que je communiquais immédiatement au contrôleur aérien de service. Le premier jour de ma prise de fonction, au premier coup de fil du météorologue de service, je manque de lâcher mon combiné tellement ma stupeur est grande ! J'entends la voix parfaite, authentique, sans l'ombre d'un doute, inimitable d'Albert Simon. Pour les moins de quarante ans qui ne comprendraient pas mon étonnement et que tout ceci passerait au-dessus du « carafon » comme on dit vulgairement, c'est un peu comme si Laurent Cabrol leur téléphonait, sur leur « smart phone » pour leur donner les prévisions météo. A mon époque, ce cher « Albert » était connu des millions de Français par son accent chevrotant et inimitable. Ben ? la preuve que non !
« ça y est ! » Me dis-je en mon for intérieur qui n'était pas très fort à cette époque !
« J'ai droit au bizutage de service » ! Tous mes anciens compagnons de servitude militaire me comprendront ! C'est fou le nombre de « clés du champ de tir » qui ne furent jamais retrouvées ! Nous avions la version aérienne : « la clé de la porte GCA » ! Celle-là aussi en a fait courir des troufions et créer des angoisses terrifiantes  chez les malheureuses victimes! Bref je balance un sonore et définitif : «  va de faire foutre avec ta blague à deux balles ! » Ah mais ! Silence de mon « tortionnaire » même pas rigolard ! Je m'étonne. Une heure se passe. Je décroche à nouveau, et « Albert » imperturbable, me sort son nouveau bulletin météo, toujours avec la même voix. Mais son ton est si calme, presque navré et triste que je n'ose répliquer.. Toutes les heures, pendant toute ma vacation, va se reproduire le même scénario. Celle-ci terminée, un tantinet furibard et surtout intrigué, je fonce au bureau du CLA, sur la base, à deux kilomètres de là, autrement dit le « contrôle local d'aérodrome » où officient les gens qui préparent les plans de vol et les météorologues !
Là, je demande à voir le gars qui m'a balancé tous ces bulletins en se foutant de ma poire !
Ô stupeur ! Ô honte sur moi ! Je vois sortir d'une pièce, un jeune type, à la bouille sympathique, ronde et basanée, les cheveux crépus, c'est un jeune qui vient de son minuscule archipel du pacifique, Wallis et Futuna ! Quand il me demande, sur un ton poli et calme ce que je lui veux, je comprends avec horreur que c'est bien sa vraie voix ! Oh misère ! Rouge de confusion, je bafouille un prétexte idiot. Et c'est ainsi que pendant deux mois, j'aurais la merveilleuse et sympathique voix d'Albert, toutes les heures, qui m'accompagnera dans ma mission.
C'est donc ma modeste façon de rendre hommage à ce grand monsieur de la radio et de la météorologie nationale française.

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...