mercredi 16 juillet 2014

Paris a aussi des ailes



 Pendant le meeting du centenaire du Bourget, en ce 13 juillet 2014, musardant devant les différentes machines présentées, et sous un ciel maussade et pluvieux, je tombe en arrêt devant un merveilleux petit appareil, biréacteurs, quadriplace; le Morane-Saulnier MS760 « Paris ».
Encore une fois, je ne vais pas vous assommer avec ses caractéristiques techniques et de son histoire. Vous trouvez cela partout dans le « ouèbe » ! Mais ce que vous n’y trouverez pas, ce sont toutes les histoires et anecdotes s’y rattachant et qui encombrent ma mémoire.
Vous allez voir ! C’est beaucoup plus excitant, et cela  humanise beaucoup plus, ce qui ne reste, avant tout, qu’un tas de ferrailles et d’aluminium !
Chapitre I : Le temps de l’enfance

Alors qu’il m’était encore totalement inconnu et indifférent, je l’avais aperçu des dizaines de fois, se posant sur la base aérienne de Villacoublay, quand il survolait mon HLM de la banlieue rouge de Paris. Comme il était en « courte finale » il n’était pas à plus de 50m d’altitude. Je le voyais passer, de la fenêtre de ma chambre, au rez-de-chaussée de mon immeuble. On pouvait même apercevoir les pilotes et les passagers occasionnels. Mais à l’époque, je n’y avais pas prêté attention. C’était un type d’appareil parmi des dizaines d’autres. Un peu plus tard, (et un peu plus vieux !) je me lançais, avec délectation, comme des millions d’ados, dans la lecture des albums de « Tanguy et Laverdure ». Les fameux « chevaliers du ciel ». Et là, Ô stupeur, au détour des pages 36 et 37 de l’album « l’escadrille des cigognes », je retrouvais qui ? Devinez ? Mais oui ! Mon « Paris » mais avec aux commandes, le propre papa de Michel ! Pourtant, cela ne se terminait pas trop bien ! Et ce n’est pas la dernière fois que ce pauvre avion sera impliqué dans un crash, même sur papier ! Mais n’anticipons pas !


Chapitre II : La fonction prime le grade !

 

Et le service militaire survint ! Dans l’Armée de l’Air, comme il se doit ! C’est ainsi que je le terminais sur la base aérienne d’Orange-Caritat, et dans la tour de contrôle, s’il vous plaît !
Pour un passionné d’aviation comme moi, j’ai atteint là, le « nirvana » des aficionados de l’aéronautique ! J’allais ainsi le retrouver, mon cher « Paris », dans une drôle de circonstance.
Un beau matin, j’étais à mon poste de téléphoniste dans la tour, admirant le décor des pistes et le mont Ventoux dans le lointain, quand les haut-parleurs grésillèrent pour nous annoncer qu’un "Paris" en provenance de Villacoublay était en approche et qu’il y avait à bord quatre généraux de l’état-major en tournée d’inspection. Pas  besoin de vous préciser qu’un des généraux était le pilote ! L’atterrissage se passe normalement. Le tout petit appareil roule sur la piste et nous passe sous le nez. A ce moment du récit, je dois vous préciser un détail très important. Le contrôleur militaire de service est un tout jeune caporal-chef. Tellement « jeune » qu’avec sa petite taille,  ses joues roses et ses lèvres d’un rouge carmin on  lui donnerait à peine 15 ans ! Et encore !  Malgré tout, je sais que c’est un teigneux, et un « taiseux » comme disent certains ! Est-ce pour compenser cet aspect physique qu’il connaît trop et qui le complexe? Allez savoir ! La voix d’un haut-parleur crache soudain :  _Alpha-Lima autorisation de prendre la bretelle droite..! 
Vous aurez compris que le pilote du « Paris » ne veut pas se « farcir » toute la longueur de cette piste interminable faite pour les bombardiers « Mirage IV » de trois kilomètres de long. C’est alors que mon caporal-liliputien prend son micro, et de sa grosse voix, pour un si petit corps, foudroie le pilote d’un :
négatif ! Vous continuez jusqu’au seuil de piste  !
 Oups ! J’avale ma salive de stupeur et aussi de crainte ! Qu’est-ce qu’il lui prend à ce jeune « asticot » de caporal ? Il n’a pas vu à qui il avait affaire ?Le "seuil de piste", pour ceux qui l'ignoreraient, est l'extrémité de cette piste .

Les quelques minutes de silence qui suivent me paraissent des siècles. Puis soudain, une voix un peu plus rogne :
_Alpha-Lima autorisation de prendre la bretelle droite ?
 La petite pointe d’agacement ne m’échappe pas du tout ! Mais elle échappe totalement à
 « Liliput-contrôleur » qui re-balance sur le même ton neutre et froid :
 _négatif ! Vous continuez jusqu’au seuil de piste » ! Le « OK Alpha-Lima » prononcé comme un type à qui on vient de faire une « vacherie et qui ne peut pas réagir, ne présage rien de bon. Un bon quart d’heure se passe dans le calme le plus complet. Puis j’entends le bruit caractéristique du moteur de l’ascenseur qui se met en marche. Mon sang se glace, comme on écrit dans les romans à deux balles ! Pas besoin d’avoir fait « les tarots » ou examiné une boule de cristal, pour comprendre qui va nous rendre visite ! Effectivement, j’aperçois d’abord une casquette à feuilles de chêne, puis la haute stature d’un général en grand uniforme avec ses belles étoiles sur le revers de ses manches.
_Qui est de service ici ? Tonne la voix de l’officier supérieur !
_C’est moi mon général ! Fait le petit caporal, pas du tout, mais alors là, pas du tout ému ni impressionné !
J’assiste alors à une scène très curieuse : un général qui examine de haut en bas un caporal immobile au regard neutre et indifférent, comme si son tailleur lui prenait ses mesures pour un nouveau costard. La passe d’arme silencieuse dure encore quelques secondes, puis le général laisse tomber un lugubre et impuissant: « C’est bon ! » et tourne les talons sans autre commentaire !
Quand on vous dit que la fonction prime le grade !




Chapitre III l’Affaire Mattei

Pour les cinéphiles, c’est avant tout un film italien de Francesco Rosi de 1972. « Il caso Mattei » dans la belle langue de Dante, avec Gian Maria Volonte.
Ce film retrace la carrière et la mort suspecte, très suspecte, du magna italien du pétrole : Enrico Mattei. Pour plus de renseignement, reportez-vous aux informations sur le film ou sur  les ouvrages parlant de cette sombre affaire. Mais vous savez que la seule chose qui m’intéresse ici, dans cette histoire, c’est son avion. Mattei pilotait lui-même son MS 760 Paris. C’est bien avec cet appareil qu’il va trouver une mort tragique. L’avion a-t-il été saboté ou pas ? Comme celui du père de Michel Tanguy ? Aux fins « limiers-historiens » de répondre. 
 


Chapitre IV les feux d’Hollywood

Je suis sûr que beaucoup d’entre vous ont, une fois dans leur vie, visionné ce « chef d’œuvre » impérissable qui a pour titre : « Allo Maman, ici bébé » ! Un film de 1990 qui avait pour vedette principale John Travolta. Plus personne n’ignore que Travolta est lui-même un passionné d’aviation. Donc, un beau jour, je regarde ce film à la télé. Je vous passe les péripéties sentimentales pour arriver à ce passage intéressant où le « plan drague » de ce chauffeur de taxi consiste à faire faire un baptême de l’air à la jeune maman. Et c’est là devant « mes yeux hagards » comme le chantait Henri Salvador que j’aperçois le magnifique MS760 « Paris » ! Aussi incongru qu'un chameau sur la piste de Longchamp. Mais c’est pas tout ! J’apprendrais plus tard que John Travolta a possédé réellement cet appareil dont il était un fan ! 

Chapitre V  Conclusion provisoire ?

Il y a, bien évidemment, des centaines d’autres anecdotes et faits passionnant concernant ce petit appareil. Mais je ne vous ai raconté que celles qui me concernaient.
C’est pourquoi, de le voir ainsi, sur ce parking du Bourget je me suis dit que je ne pouvais pas manquer de lui rendre un petit hommage personnel.
J’ai appris cette chose hallucinante et qui semble authentique ; une société américaine, en Floride, a racheté les plans et les brevets pour en fabriquer chez eux, à nouveau !

 Le 2 novembre 2009, la société américaine JetSet, basée en Floride, a acquis le certificat de type qui appartenait à Daher-Socata. Outre cet achat, la société a acheté l'outillage, qui a été rapatrié en Floride. Cette société a acheté environ 40 cellules réformées des armées de l'air du Brésil, de l'Argentine et de la France, afin de proposer un very light jet aux particuliers, pour un prix d'environ 500 000 $. Si ce renouveau trouve son marché, la société envisage de construire de nouvelles cellules avec une nouvelle motorisation2,3.

Source wikipédia

Elle n’est pas belle la vie ?  












dimanche 29 juin 2014

LE BOURGET : un trésor familial



En prenant la grande enveloppe blanche que me tendait ma factrice, je ne me doutais pas, en l’ouvrant précautionneusement, qu’un flot de souvenirs familiaux allait me sauter à la figure concernant un aéroport légendaire et historique de la région parisienne ; Le Bourget !
Mon ancien employeur, ADP pour ne pas le nommer, par une délicate attention, m’invite à fêter le centième anniversaire de cette plate-forme aéroportuaire mythique.
Mais alors là…je vous arrête tout de suite ! Je ne vais pas faire l’histoire « scolaire » de cet aérodrome. Vous avez assez de documentations sur Internet pour trouvez tout ce qu’il vous faut à son sujet.
Non ! Moi, j’ai quelque chose de plus précieux et de plus intime à vous raconter ; ce sont tous les évènements familiaux, personnels, vécus dans cet endroit magique baigné par la passion aéronautique la plus pure. Vous allez voir ; cela ne manque pas d’intérêts non plus !

Chapitre I : le tonton « flingueur »

Tout a commencé bien avant la seconde guerre mondiale. J’avais un grand oncle paternel, donc le frère de mon grand-père, qui était tourneur fraiseur de son état, Comme lui, il était  ardennais et teigneux. On raconte même dans la famille, qu’il balançait sa « boite à outils » à travers la figure des patrons qui ne lui plaisaient pas ! Je ne pense pas que cette forme de « rupture de contrat de travail » serait encore valable aujourd’hui ! Mais ce qui le « sauvait » c’est qu’il était un spécialiste hors pair dans son métier, et qu’il finissait toujours par retrouver un employeur. Un jour, quittant ses Ardennes natales, il est embauché (après la perte d’une énième boite à outils) par un industriel aéronautique au nom prestigieux : René Couzinet.  
Je sens que beaucoup de mes lecteurs ne vont pas connaître le nom de ce grand ingénieur auquel la renommée des ailes françaises doit beaucoup ! C’est lui qui conçut les premiers appareils de transports de passagers dont le célèbre « arc-en-ciel » et dont Jean Mermoz en sera le pilote d’essai. Mon grand-oncle participa modestement, mais sûrement, à la mise au point de ces premières machines, et qui volèrent où ça ? Au Bourget ! Je garde, comme une relique à la valeur inestimable (pour moi) une photo dédicacée de René Couzinet où l’on voit le premier prototype de « l’arc-en-ciel ». Photo émouvante à plus d’un titre, car cet avion s’écrasa, lors d’une séance d’essai, mais à Orly ! C’était le « Couzinet 10 » déjà baptisé « arc-en-ciel » !
J’ai retrouvé une page relatant ce drame qui eut lieu le 8 août 1927 et qui tua tout son équipage. 

Mais si cette photo a été prise au Bourget, les avions, eux, étaient construits à Meudon où habitait mon parent. Je vous donne en mille, ce que construisait Couzinet au moment de son suicide, le 16 décembre 1956 ?

 UNE SOUCOUPE VOLANTE ! Authentique !

Voilà pour la première anecdote me rattachant à cette prestigieuse plate-forme aéronautique.


Chapitre II  Comme Charles Lindbergh

Très prétentieuse comparaison, vont penser certains ! Mais pas du tout ! Comme Lindbergh, se posant le 21 mai 1927, je venais, moi aussi, d’un autre continent où je suis né. Si un jeune américain fringant de 27 ans venait du continent américain, moi, je venait d’une grande île près du continent africain, du haut de mes deux ans. Il y a une plaque, sur le tarmac de l’aéroport, qui marque l’endroit exact où les roues du « Spirit of St Louis » touchèrent le sol de France. Il n’y a malheureusement pas de plaque là où l’ancien bombardier anglais « Halifax » qui m’emmenait de Madagascar où je suis né,  s’est posé dans le début des années cinquante. J’ai d’ailleurs relaté cette épopée dans un autre article : Adieu Madagascar

 Oui ! Le béton des pistes de cet aéroport fut le premier sol que je foulais de ma « mère  patrie » ! Vous comprendrez donc aisément que j’y sois attaché à cet endroit ? Et ce n’est pas fini !

Chapitre III Les grands « métinges » !

Toute mon enfance fut bercée du doux « ronrons » des moteurs à piston de mes chers oiseaux métalliques. Entre Villacoublay à l’ouest et Orly à l’est, le ballet des « constellation », des « dakota », des « DC4 », des « Toucans » (ex junker ju52) des « Noratlas 2501» hantèrent longtemps le ciel de mes nuits et de mes journées. Complètement « intoxiqué » par cette drogue aéronautique, adolescent, je fonçait comme un malade en manque, tous les deux ans, vers cette messe incontournable : Le salon international du Bourget. Depuis les années 60, j’en ai peu raté ! Mais celui qui m’a le plus  marqué  c’est celui de l’année 1961. Déjà, parce que ce fut l’unique fois où mon père m’y emmena, dans notre « glorieuse » et inoubliable 403 familiale noire. Il se passa un évènement extraordinaire ce jour-là  qui reste gravé dans ma mémoire. Alors que nous traversions Issy-les-Moulineaux, mon père me fit cette remarque étonnée :
_Tiens ? C’est bizarre ? Je passe tous les jours par ici, et je n’avais pas remarqué à quel point cette rue était en pente ? Et puis cette décharge publique ? Comment se fait-il que je ne l’aie jamais vue ?
Bref ! On poursuit notre chemin jusqu’au Bourget. Émerveillés, mon père et moi, nous assistons à un grand nombre de démonstrations aériennes. Notamment à celle du bombardier B58 « Hustler » qui venait de battre le record de vitesse de traversée de l’atlantique nord.
On rentre pénard à Châtenay-Malabry, et là on est accueilli par une mère affolée, au bord de la syncope, qui nous demande si nous n’avons pas écouté la radio. Je n’ai pas besoin de vous préciser qu’en 1961, les téléphones portables faisaient encore partie de la « science fiction » lointaine, et que les autoradios étaient encore réservés aux voitures de producteurs hollywoodiens.
Nous apprenons alors, avec une frousse rétrospective, que la rue « en pente » était dû au fait que d’anciennes carrières de gypse avaient eu la très mauvaise idée de s’effondrer quelques minutes avant notre passage, et que l’effondrement s’était poursuivi après. Vingt trois maisons furent détruites et quarante et une personnes périrent. Pour plus de détails, je vous renvoie à ce lien : La catastrophe minière de Clamart 
Mais ce n’est pas fini. Le B58 que nous admirions, deux jours plus tôt, s’est écrasé le dernier jour du meeting !
Il me faudrait encore tout un livre de souvenirs pour que je vous parle de ce salon du Bourget.

Chapitre IV Le Bourget militaire

Ce n’est pas sans une certaine tristesse, teintée de nostalgie que j’ai appris la fermeture de la base de Dugny. Bien que ne faisant pas partie du Bourget à proprement parler, elle en est tellement proche que c’est bien là que j’embarquais pour faire mon « service » en Algérie, sur la base de Bou-Sfer. Ce dont je me souviens le mieux, c’est qu’il faisait un froid sibérien, et même canadien, pour ne pas faire de jaloux. C’était un sombre matin d’hiver, baigné par les éclairages blafards des lampadaires léchant des bâtiments vieillots en meulières. Nous sommes montés à bord, avec mes compagnons d’infortune, dans cette antiquité indestructible que fut le « noratlas 2501 ».
Ma première surprise, mon premier choc émotionnel, survint quand l’équipage lança, les deux moteurs « Hercules » datant des années 30. Mon Dieu ! Mes oreilles n’avaient jamais supporté un tel boucan ! Je ne croyais pas cela imaginable ! Je ne vous parle pas non plus des vibrations de l’appareil qui donnaient la nette impression que l’avion allait se disloquait sur la piste en mille morceaux ! Une climatisation et un chauffage totalement inexistants, bien évidemment. Je vous ai parlé du bruit des moteurs, mais ce que je n’avais pas encore saisi, c’est qu’une fois aligné sur la piste, l’équipage lâcha les freins. L’ouragan sonore qui se déclencha alors, avec une puissance démoniaque, faillit me tuer sur place de.... trouille! Je n’étais, moi-même, plus que « son et vibration » ! J’avais l’impression d’avoir fondu littéralement dans les entrailles de cette machine du diable ! Heureusement, après le décollage, les choses s’améliorèrent un peu, mais pas la température. Autre chose cocasse à signaler sur cet appareil militaire au confort très …spartiate ; les toilettes ! Juste posées derrière un minuscule rideau et placées où ? C’est là que l’on voit toute l’ingéniosité de nos techniciens aéronautiques. Elles se trouvaient dans une des « portes coquilles ». Vous savez ? Celles qui s’ouvrent pour laisser passer les marchandises et le fret ! Pour ceux qui en ont déjà soulevé une, elles sont d’une légèreté et d’une fragilité étonnante. Voilà pourquoi, malgré un besoin physiologique tenace, je résistais à l’envie de m’y asseoir. La vision de cette porte se détachant dans le vide, et m’entraînant dehors sans parachute, me porta à retenir jusqu’à l’atterrissage un besoin de miction absolument torturant !
Cet aéroport allait encore m’accueillir pour le retour lors de mes deux séjours de « perm » en provenance de ma caserne algérienne. Mais cette fois-là, sur un autre appareil, lui aussi absolument extraordinaire, le Bréguet 760 « Provence » dit « deux ponts »!
Eh oui ! Jeune lecteur qui me lisez (peut-être) la France avait déjà construit un avion de transport de passagers à deux ponts, bien avant le glorieux et impressionnant « A380 » ! Ces deux voyages me permirent de tester tour à tour, les deux ponts. Le supérieur, aménagé en cabine normale, avec fauteuils confortables, et l’inférieur, en « soute à fret et bagages ».
C’est ainsi que par une volonté délibérée et une passion jamais en berne, je fis toute ma carrière professionnelle au sein d’Aéroports de Paris (ADP), mais à Orly, ce qui me permit quand même, et en autres avantages, de bénéficier de la gratuité des entrées à tous les salons aéronautiques qui suivirent, et jusqu à aujourd’hui.

Chapitre V Le musée

Le Bourget accueille depuis des années le musée de l’aéronautique. Voilà encore un point qui me rapproche de lui car j’ai déjà relaté, dans un autre article, (la petite porte du hangar)
 comment j’ai connu l’ancien lieu où il se tenait, c'est-à-dire dans un vieux hangar de Meudon, tout poussiéreux, dont  les trésors dormaient dans leur linceul de toiles d’araignées, et baignant dans l’odeur rance et fade des huiles de moteur. Je vous avais raconté, comment j'errais seul, du haut de mes douze ans, au milieu de tous ces trésors abandonnés, dans un silence de tombeau. Imaginez mon « amusement » quand il m’arrive de parcourir les nouvelles salles pimpantes où mes glorieux oiseaux pendent désormais dans des halls où bruisse une foule d’enfants émerveillés.
Que de chemin parcouru ! J’ai revu ce train d’atterrissage de l’avion légendaire de Nungesser et Coli
« l’oiseau blanc » ! La seule relique  qu’il nous reste d’eux après leur disparition dans l’atlantique. J’étais le premier à l’avoir contemplée, dans mon vieil hangar de Meudon.
Ce Meudon qui accueillit, lui aussi, tant de talents aéronautiques. Outre mon grand oncle, les ateliers de René Couzinet, mais aussi la célèbre soufflerie qui permit tant de progrès dans l’aérodynamisme.
Voilà pourquoi cet aéroport mythique est bien ancré dans ma vie, dans mes souvenirs. Je ne dois pas être le seul à partager cette passion pour cet endroit magique où travaillait un de mes plus chers copains, fauché à la fleur de l’âge, comme on dit d’une manière trop conventionnelle. Cet ami, qui m’avait accueilli dans son petit studio, en face de l’aérogare fut fauché par une voiture alors qu’il portait secours à une personne en panne sur l’autoroute A1.
Que ces quelques lignes lui soient modestement dédiées.


Photo du hangar de Meudon:






Le fameux train d'atterrissage de "l'oiseau blanc" de Nungesser et Coli

vendredi 21 mars 2014

Non disponible en Belgique !


La lecture de notices d’utilisation d’un matériel informatique est souvent  source d’interrogation et  mystères insondables. On pourrait croire que la rigueur et la logique imposées par le fonctionnement correct de ce genre d’engin nous protègent contre des interrogations existentielles, voire philosophiques ! Et bien, c’est une grave erreur de jugement.
Je vais vous le démontrer de suite.
Dans un magasin spécialisé dans l’électroménager et l’informatique, j’achète une belle imprimante noire, à un prix dérisoire, car je ne suis pas "radin" mais économe. Par contre, vous savez comme moi,  que leurs cartouches d’encre coûtent la « peau des fesses » et qu’en deux ou trois recharges complètes, vous avez largement dépassé son prix d’achat. Ce racket commercial, nous l’avons tous subi pour que je n’insiste pas trop dessus ! Il y a des colères douloureuses qu'il ne faut pas réveiller! C’est à la lecture de sa notice d’utilisation que les choses sérieuses commencent. On doit se farcir les explications en six langues différentes, « pierre de Rosette » des temps modernes. Voilà qui facilitera le travail des archéologues du futur.
Maintenant j’arrive à un chapitre passionnant que je vous transcris tel quel. Le dessin des touches en moins.
« Maintenez la touche XXX ou YYY enfoncée pendant trois secondes pour copier en mode brouillon. 
Et là, je vous demande un instant de concentration supplémentaire pour lire la suite :
« Fonction non disponible en Belgique » !
Poum ! Dans toute sa…sécheresse ! Nos amis Belges sont privés de cette fonction ! Quelle tristesse! Quel chagrin! Un peuple si aimable et si sympathique!
Alors là, je sens que des interrogations angoissantes pointent dans des cervelles durement secouées par  cette stupéfiante révélation. La toute première : pourquoi les Belges ? Voilà un matériel qui est vendu dans le monde entier. Les six langues dans lesquelles il est rédigé, le prouvent. A1ors pourquoi, seuls, ces pauvres Belges sont-ils privés de cette fonction ? Vous avez une idée ?
Qu’est-ce à dire ? Les Belges n’aimeraient donc pas le mode « brouillon » ? Ou peut-être que le mot « brouillon » n’est pas traduisible en Flamand ? Je cherche une cause rationnelle à cette privation de fonction totalement arbitraire ! Je ne vais pas non plus, me livrer à cet exercice vulgaire et facile qui consiste à croire que c’est une  « blague belge » en pensant qu’ils ne seraient pas assez intelligents pour en comprendre le fonctionnement ! Coluche les a déjà assez "martyrisés" pour que je n'en rajoute pas dans la calomnie dérisoire. Cette imprimante a bien été fabriquée de la même manière pour tout le monde ? Mais alors quoi ?
Si parmi mes lecteurs, certains peuvent entrevoir une solution acceptable pour nos esprits rationnels et cartésiens, qu’ils n’hésitent pas à nous en faire part !
Quand je vous disais que la lecture de « mode d’emploi » pouvait, à l’instar des jeux d’énigmes, nous procurer plus de joies intellectuelles qu’il n’y paraît ?
Voir aussi mon article « clauses abusives » où l’on ne nous garantissait pas le remboursement d’un appareil défectueux à cause  «DES CONSÉQUENCES DE LA DÉSINTÉGRATION DU NOYAU DE L'ATOME! » !  
Et si vous ne trouvez pas, faites comme cet insolent gamin belge: 
Vive la Belgique! Et m..de aux fabricants d'imprimantes!

mercredi 5 mars 2014

Le « Roméo-Alpha » une Caravelle de rêve



Tout avait commencé de la manière la plus banale qui soit ; un ami, pour se débarrasser d’un splendide objet devenu encombrant et inutile, à cause du déménagement d'un proche à lui, me l’offre !. Il est splendide, il est vraiment merveilleux, cet objet, car il n’a pas idée du cadeau prestigieux qu’il vient de me faire. Il s’agit de la maquette d’un avion. Mais pas de n’importe quel avion ; le « SE2010 Caravelle » ! Belle maquette en bois, d’une reproduction parfaite. Tellement parfaite que son immatriculation me saute toute de suite aux yeux. Il s’agit du « fox, bravo, hôtel, Roméo, alpha » autrement dit, pour les néophytes ne connaissant pas le code international de télécommunication : le F-BHRA
Quel choc émotionnel ! Car il se trouve que cet avion, (et pas un autre !) je l’ai eu sous les yeux, en vrai, en grandeur nature, quelques décennies auparavant, lorsque je travaillais à l’ADP autrement dit  aux « Aéroports de Paris ». Et le voir là, en maquette, ressurgir dans ma mémoire ! Voilà qui était absolument extraordinaire ! C’est alors que me vint le besoin irrépressible de vous raconter l’histoire de cet avion, unique dans l’histoire de l’aviation.

Je ne vais pas vous noyer dans des termes techniques qui n’intéressent que les passionnés d’aéronautique. Non ! Je ne vais m’attacher uniquement qu’à l’anecdotique, aux exploits de cet aéronef remarquable. Il faut quand même que je vous précise que son premier vol eu lieu en mai 1955. Cet avion était, au sens propre du terme, révolutionnaire, car il est un fait que tout le monde a oublié, c’est que pour la première fois, on mettait des réacteurs à l’arrière du fuselage ! Et oui ! Cocorico ! C’est nous, les Français, qui avons inauguré cette disposition originale, qui est un brevet « Sud Aviation ». Je n’aurai pas de peine à vous faire admettre que nous avons été pillés par de nombreux constructeurs par la suite ! Et notamment par les Américains avec le Douglas DC9.  Mais personne au monde ne nous retirera la primauté historique de cette invention. C’était l’époque bénie où la France était encore capable de concevoir, de fabriquer, de mettre au point, ses propres avions sans l’aide de personne, autre que ses propres techniciens et ingénieurs. Mais qu’il était beau, cet avion ! Fin, racé, d’une esthétique et d’un aérodynamisme parfait ! Premier avion commercial français à réaction ! Les anglais nous avaient précédé avec leur « De Haviland  Comet » mais celui-ci avait été victime de plusieurs drames aériens qui en avait retardé l’exploitation.
Stupeur de ma part quand j’apprends, par le plus pur des hasards, que les gens de Sud Aviation ont pris la cabine complète de ce « Comet » pour la mettre sur notre « Caravelle ». Les photos sont imparables ! Pour revenir à « mon » F-BHRA car si le bateau (la caravelle) est féminin, l’avion, lui est masculin, j’ai donc appris avec surprise que le destin de cet appareil a été encore plus singulier que je ne l’imaginais. Il s’est d’abord appelé F-WHRA. Dans la législation aéronautique française  le « W » après le « F » pour (France) signifie que nous avons affaire à un prototype. Donc, ce brave appareil, avant de servir sous les couleurs d’Air France, avait subi de redoutables essais techniques. Il est donc le tout premier de la famille à avoir transporté des passagers sur les lignes régulières.
Ce que je ne vous ai  pas encore précisé, c’est que chaque appareil était « baptisé» du nom d’une province de France ! Le F-BHRA reçoit celui de  l’ « Alsace ». Je vous mettrai en annexe, la liste de ces caravelles et leur immatriculation respective.


Chapitre : Vol plané Paris-Dijon
La vie de ce brave avion est marquée, tout au début de sa brillante carrière, par un exploit dont je me souviens encore personnellement, et dont toute la communauté aéronautique française en a été très fière. Figurez-vous que cet avion  a fait un magnifique vol plané de 256 km entre Paris et Dijon, avec ses moteurs quasiment arrêtés ! Je vous donne un article récupéré sur la «toile » :



A l'initiative de la compagnie Air France, un vol technique et spectaculaire a été réalisé le 15 mars 1959 à bord de la Caravelle de type 1 (F-BHRA). Il consistait à relier Paris à Dijon (265 km à vol d'oiseau) en vol plané et a démontré les qualités de vol de cet avion et plus particulièrement sa finesse. L'équipage était composé des commandants Guibbert et Duguet et de M. Vergines (mécanicien navigant). Voici la chronologie des opérations :

• Décollage à 13 h 42 (Orly) au poids de 37,98 t (arrêt d'un moteur juste au décollage et remise en route à 100 m d'altitude) • Montée sur le triangle Paris-Dreux-Rennes • 14 h 46 : arrivée à la verticale de Paris à 13 200 m d'altitude au poids de 35,0 t, vitesse de 360 Kts, ce qui équivaut à 665 km/h, température - 47° C, le ciel est bleu • Descente à poussée nulle ("gaz plein réduit") • Taux de chute : 250 à 300 m/mn • A la verticale de Bray, couche nuageuse avec pluie et neige • 15 h 32 : passage sur le terrain de Dijon à l'altitude de 1600 m, soit Paris-Dijon en 46 mn (vitesse moyenne de 346 km/h).

Avec une finesse de 22 (distance parcourue/hauteur), la Caravelle se hisse au niveau des planeurs de haute performance d'après-guerre (1939). Ce vol fut très promotionnel et très remarqué dans le milieu aéronautique.

Chapitre : Vilgénis
La suite de la vie de ce brave appareil fut « scolaire » ! Quoi de plus noble destin, que de servir à l’apprentissage de plusieurs générations de mécaniciens en aéronautique. C’est ainsi qu’il fit un grand voyage, par la route en pièce détachées vers le centre de formation d’Air France de Vilgénis, le 5 février 1976. Vous trouvez plus d’information sur ce déménagement spectaculaire sur cette page : Le CIV (Centre d'Instruction de Vilgénis) - Caravelle F-BHRA

Chapitre : fin de carrière
Sachez que cet avion va service de formation aux élèves pendant plus de trente ans et qu’il va être vendu, après la fermeture de Vilgénis en 2011 à un Hollandais.
Voilà bien la France ! Ce pauvre appareil méritait bien de terminer au Musée de l’Air et de l’Espace ? Mais non ! La logique financière a été la plus forte.
Et il n’est pas le seul à avoir subi la férocité impitoyable des « comptables ». Je me souviens, avec les quelques millions de jeunes français venus le visiter, du F-BHHH stationné à Orly. Il avait été pourtant le prototype de « Caravelle ». Il était donc « historique » et précieux. Et bien, il s’est quand même trouvé un cadre de l’ADP pour l’expédier à la ferraille parce cela coûtait trop cher de l’envoyer au Bourget ! Quand on sait les milliards que s’engouffre cet établissement, par an ! C’est d’une mesquinerie et d’un manque de patriotisme navrant !











Chapitre: quelques destins tragiques.


Malheureusement, notre pauvre Caravelle, a dû subir, comme d’autres avions commerciaux, dans le monde, et parce que rien n’est jamais parfait, plusieurs  accidents et catastrophes.
Un site, sur « wikipédia » en donne la liste exhaustive.
 Mais je ne vous relaterai personnellement que les deux qui m’ont le plus frappé :
Le 19 mai 1960 : Collision tragique
Il y eut d’abord cette collision absolument incroyable entre une caravelle d’Air Algérie et un « Stampe » (petit biplan d’école) dont j’avais déjà relaté le drame dans mon article:
 Je ne sais pas si certains ont vu l’accident survenu bien plus tard, le 28 avril 1988 à un Boeing 737 du côté de Hawaï, Il s’agissait du Vol 243 d’Aloha Airlines.


Mais ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que notre caravelle, elle, a reçue sur la « couenne » un avion qui lui a arraché plus de 10 mètres de toit ! Et l’avion s’est, quand même, posé sans encombre ! Il y eu malheureusement deux morts à déplorer, le pilote du Stampe et un passager. Il est vrai que ne recevoir un moteur de Stampe sur les genoux n’est pas spécialement recommandé pour une bonne santé.  

19 mai 1960 : Caravelle IA (no 28) [F-OBNI], Air Algérie - 1/39 et 1/1

    Collision en vol à Orly avec le Stampe SV-4C F-BDEV n° 601 qui volait de Chelles vers l'Aéroport de Toussus-le-Noble à 300 m d'altitude, verticale Noiseau. La Caravelle a une partie du toit arrachée et un réacteur hors service. Le pilote réussit à poser l'avion à Orly mais le Stampe s'écrase en tuant son pilote (R. Fabro). Une victime (M. F. Quévremont) ainsi que plusieurs blessés sont à déplorer dans la Caravelle. Il faut remarquer qu'à ce même instant le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev, ayant torpillé la conférence de Paris sous prétexte de l'affaire de l'avion Lockheed U-2 abattu, quittait Orly plus tôt que prévu, entraînant un changement de piste ordonné par le contrôle aérien3. Le 6 juin 1960, le propriétaire du Stampe, Joé Ampoulié, est invité à constater les dégâts subis par la Caravelle à Orly. Air Algérie lui réclame en effet 500 millions de francs de réparation1,4. L'appareil est réparé et remis en service comme Caravelle III en février 1961.
11 septembre 1968 : drame Ajacio-Nice
J’ai lu tout les mensonges convenus du rapport officiel : incendie à bord ! Décidemment, cette date (11 septembre) est maudite pour nos menteurs institutionnels. Il est fort probable que ce fut un missile bien français qui a abattu ce pauvre avion. Des familles de victimes se battent encore pour que l’Etat reconnaisse sa responsabilité. Autant vouloir raser le Mont-Blanc avec une pince à sucre ! Il existe de nombreux sites de références que chacun pourra consulter. 

Chapitre: Spotter et studio mannequin!



Quand je me retourne sur mon passé, au sein de ce grand aéroport, je ne peux qu’être saisi par un grand vertige de bonheur au vue de l’immense liberté de circulation dont je jouissais à l’époque. Je vous laisse « juge » : J’avais un permis de déplacement « toutes zones » grâce à ma profession. Je vous prie de croire que j’en ai usé et abusé ! La preuve ? Et toujours concernant la « Caravelle ». Un jour, une amie, jolie hôtesse de l’air d’Air France, ayant appris que je faisais de la photo en amateur, a voulu jouer au « mannequin » avec moi comme « photographe de mode ». Pour cela, nous avons parcouru un grand nombre de postes de stationnement d’avion. Nous sommes montés à bord de tous les avions que nous avons voulu visiter ! Tous seuls, comme des grands, sans personne pour nous contrôler et nous surveiller ! Vous le croyez ça ? Et ben ouais ! C’étaient les merveilleuses années 70 ! Ah ! Ça n’allait pas durer ! Mais en attendant, qu’est-ce que j’en ai profité !Le drame, c'est que je ne connais même plus le nom et le prénom de cette jeune femme! Pourvu qu'elle ne se reconnaisse pas! Je vais avoir du soucis avec son "droit à l'image"! Mais comme elle est charmante et à son avantage, je pense qu'elle ne m'en voudra pas trop! 



Le poste de pilotage de ce merveilleux aéronef! Et pas encore équipé d'écrans à plasma et de "joystick"!



  
 Ah! Il n'y a pas la largeur de la cabine d'un 747, pour sûr!








Même accès que chez le Boeing 727! Encore un copié-collé des Américains






Je tiens à préciser que toutes ces photos sont bien de moi! Prises des photos, tirage du négatif, et tirage papier, plus scanner pour numérisation! Donc, le "copyright" c'est pour "bibi"!




Annexes

F-BHRA- « Alsace »

F-BHRB- « Lorraine »

F-FHRC- « Anjou »

F-BHRD- « Guyenne »

F-BHRE- « Artois »

F-BHRF, " Auvergne

F-BHRG- « Berry »

F-BHRH- « Bourgogne »

F-BHRI- « Bretagne »

F-BHRJ- « Champagne »

F-BHRK- « Corse »

F-BHRL, " Dauphiné

F-BHRM- « Quercy »

F-BHRN-« Gascogne »

F-BHRO- « Ile-de-France »

F-BHRP- « Languedoc »

F-BHRQ- « Limousin »

F-BHRR, " Lyonnais

F-BHRS- « Normandie »

F-BHRT- « Picardie »

F-BHRU- « Poitou »

F-BHRV- « Provence »

F-BHRX, " Savoie

F-BHRZ- « Flandre »

F-BJTA – « Comté de Nice »

F-BJTB – « Béarn » Crash le 12 septembre 1961 à Rabat

F-BJTC- « Comté de Foix » F-BKGZ

F-BJTD- pas de nom

F-BJTE, « Grenoble ».

F-BJTF- « Orléanais »

F-BJTG- « Roussillon »

F-BJTH- « Franche-Comté »

F-BJTI-  « Navarre »

F-BJTJ- « Bourbonnais »

F-BJTK- « Principauté de Monaco »

F-BJTL –« Aunis et Saintonge » photos hôtesse de l’air

F-BJTM- « Maine »

F-BJTN- « Comminges »

F-BJTO- « Pays Basque ex-Touraine»

F-BJTP- « Comtat Venaissin »

F-BJTQ- « Martinique ex-Champagne »

F-BJTR- « Principauté de Monaco (1)

F-BJTS-  « Vercors »

F-BLCZ-

F-BLKF- « Angoumois »

F-BNGE- « Président Jean-Bedel Bokassa » (si ! si ! elle a existée !)

F-BOHA- « Comté de Nice ex-Guyane »

F-BOHB- « Béarn »  F-BJTB (crash Ajaccio-Nice)

F-BOHC- « Guadeloupe ex-Aquitaine »  F-BSGZ



Sites web de référence :
Vilgénis
Drame de Casablanca
Site de Caravelle et Boeing 707 AF
Sud Aviation Caravelle III SE 210
Musée Delta : La caravelle
Accidents :




dimanche 23 février 2014

La révolution « pariétale » américaine



Voilà une nation, les USA, dont les dirigeants rêvent d’imposer leur « civilisation », leur magnifique société au monde entier. Rêve très « vulgaire » que bien des dirigeants paranoïaques ont eu avant eux. Mais là, où l’on retombe dans la réalité la plus hilarante, la plus insolente et qui vous ramène à la juste dimension des choses de la vie, c’est lorsque vous tombe sous les yeux une « pépite » de ce genre : une pancarte de magasin où l’on voit trois mains sensées représenter le nombre 15 !
Quand j’ai mis le mot « révolution » dans le titre de mon article, ce n’est pas un hasard ou une distraction de ma part. Je l’ai pris au sens originel du terme. C'est-à-dire qu’une « révolution » d’un objet ou d’une chose quelconque, c’est le parcours que font cet objet ou cette chose pour partir d’un point et après un plus ou moins long voyage, revenir au même endroit. Parce que ces mains jaunes m’ont fait, irrésistiblement, penser à ces traces vues dans les grottes de Lascaux que nos ancêtres très
lointains avaient laissées en projetant de la suie sur leurs « pattes » velues. L’art pariétal de la préhistoire.
Voilà où en sont nos chers amis d’outre-Atlantique ! Un retour aux sources, en quelque sorte !
C’est fabuleux de savoir qu’à l’époque d’Internet des milliards de « smart-phone » qui « gazouillent » sur notre planète, il existe encore des individus qui ne savent pas compter sur leur doigt ! Mais s’ils ne savent pas compter, c’est qu’ils ne savent pas lire non plus ? Logique non ? Alors vont-ils seulement comprendre : 15 is THIS many ? Je me demande ! Pas vous ?
N’accablons pas nos amis Américains, nous aussi, nous avons des ministres, des professeurs et des politiciens qui travaillent au retour de la  « révolution pariétale » pour nos chers enfants ! 

jeudi 20 février 2014

Eratosthène, plus fort qu’Einstein !



  Ce mathématicien grec, qui vivait, il y a plus de deux mille ans, a réussi un exploit intellectuel absolument ahurissant. Je tombe, l’autre jour, par le plus grand des hasards, sur une vidéo où un jeune et très pédagogue professeur nous raconte une histoire à peine croyable et pourtant authentique !  Le titre de cette vidéo vous en donnera un avant-goût :
« Mesurer la circonférence de la terre avec un bâton et un chameau » !
Oui ! Vous lisez bien ! Avec un simple bâton et un bon vieux chameau, surnommé « le vaisseau du désert » notre Eratosthène et son puissant
cerveau sont arrivés à calculer la circonférence de la terre avec seulement 1,2% d’erreur. Tout ceci près de trois siècles avant JC.
Maintenant, je dois vous avouer que je connaissais un peu l’histoire. Mais ce qui me l’a remise au goût du
jour, d’une manière aussi sensationnelle et ludique, c’est la démonstration de ce jeune professeur avec sa manière ironique,
décalée, remise au goût du jour, de vous parler d’un sujet sérieux avec un semblant de dérision perverse qui vous piège jusqu’au bout !
Ah ! Si tous les enseignants avaient son talent ! Mais cette petite chaîne sur « Youtube » qui s’appelle « e-penser » est formidable et mérite le détour pour tous ceux qui sont, comme moi, des curieux maladifs.