vendredi 2 septembre 2011

L'aigle de Moissy

Un jour, alors que je ferraillais férocement dans un forum de discussion, sur cette nouvelle agora virtuelle que l'on nomme le « ouèbe », un intervenant, sûrement peu cultivé et non averti, me sortit cette phrase gravée à jamais dans ma mémoire: « Quand on vous lit, on dirait du Bossuet! »
Poum! J'ai failli tomber de ma chaise en ratant un battement de cœur. Ma chatte, perchée comme à son habitude sur mon écran antédiluvien me gratifia alors d'un sourire étrange.
Kouâââ? Moi? Bossuet? Pour ceux, les moins de soixante ans, qui ont un peu de culture, Bossuet était surnommé « l'Aigle de Meaux »! Maintenant, je vous autorise à vous pâmer d'admiration devant ce titre « génial » dont je me suis affublé pour ce petit « poulet *».
Ce souvenir émouvant et flatteur ne serait pas revenu à la surface de ma mémoire si je n'étais pas tombé sur un livre de la collection de Jean d'Ormesson vendu, que dis-je vendu? Bradé au prix dérisoire de trois euros dans une grande surface sur les « Oraisons funèbres » de ce grand écrivain français. Je sais! Il faut être maso et un tantinet pervers, comme moi, pour lire du Bossuet à notre époque. Tiens? A propos « d'aigle » j'en connais un qui déploie ses ailes dans un engin métallique du côté de Meaux, précisément! Je suis sûr qu'il va se reconnaître en me lisant.
Pour revenir à notre orateur célèbre, je dois confesser (ce qui est de circonstance vu que cet homme était évêque) que je ne connais de lui que cette apostrophe célèbre lors de l'oraison funèbre d'Henriette de France: « Madame se meurt, Madame est morte »! Oui, je reconnais que c'est un peu court pour faire une thèse sur ce grand homme. Donc, je me suis mis à feuilleter mon bouquin à trois euros. Qu'est-ce qu'il écrit bien Bossuet! Je n'ai pas tout compris, mais quel style!
Cela me fait penser irrésistiblement à cette vieille mémé du Sud-Ouest, ayant écouté son évêque lors d'une messe, et qui s'exclamait ainsi: « Je n'ai rien compris, « coune dé boune dille » mais qu'est-ce «qui cause bien monsieur le curé! » ». Il faut dire que ce pauvre Bossuet serait un peu « dérouté » par l’athéisme majoritaire de notre élite intellectuelle et bien pensante. Et que dire des « écolos » lisant cette phrase: « Il ne faut pas aimer le monde! Seul Dieu doit être l'objet de notre amour ». Ah il n'aurait pas été élu lors de
« primaires » des verts! C'est bien simple, on croirait entendre un ayatollah iranien.
Il est vrai que les beautés de ce monde nous aveuglent sur la finalité de notre destin et que nous oublions la vanité de toute entreprise humaine, que la brièveté de la vie nous est une notion de plus en plus étrangère à notre esprit, nous faisant ainsi oublier la gloire éternelle de Dieu!
Quoi? Comment? J'écris comme Bossuet, maintenant? Mais c'est épouvantable?
Sors de ce corps Jacques-Bénigne! Oui, il se prénommait ainsi! Tout le monde ne peut pas se prénommer « Kevin » ou « Yann ».
Pour nous, il y a un autre « Aigle de Meaux » qui nous attend à la rentrée! Mais c'est plutôt ses mimines qu'il va nous agiter devant nos figures réjouies!
Et l'aigle de Moissy va de nouveau, de sa voix de basse, chanter du Mozart.
Mais je suis sûr que Jacques-Bénigne aurait aimé ce Requiem majestueux, bien digne de ses « oraisons funèbres ». Que la mort est belle quand elle est magnifiée par de tels génies!
Ça y est! Je recommence! Au secours! Sauvez-moi!

PS *« poulet »: Pour les quelques malheureux qui n'auraient pas bien saisi, il ne s'agit pas d'un gallinacé déplumé que l'on becte avec des pommes de terre, mais d'un petit texte sans importance.

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...