dimanche 27 janvier 2008

Catastrophe machiste

Selon une étude récente faite par des chercheurs dans le domaine de la santé, Il se trouverait 15% des hommes pour ne plus éprouver aucuns désirs sexuels !
Il a toujours été de bon ton d’affirmer, que seules les femmes n’éprouvaient parfois aucun désir, ni aucun plaisir aux galipettes amoureuses.
La faute des hommes ! Bien sûr !
Ces grands balourds maladroits et indélicats !
Et Dieu sait s’il y en a !
Même les plus malins qui se prennent pour des « experts » sont bien souvent victimes du talent de simulatrices de nos chères moitiés !
Jusqu’à présent, une personne de la gente masculine qui n’arrivait pas à faire fonctionner correctement sa trousse à outils intimes, était considérée comme impuissante !
Erreur !
D’après nos médecins chercheurs, il ne faut pas confondre
« impuissance » et « inappétence sexuelle » !
Il est même des hommes qui n’éprouvent aucun désir mais qui sont parfaitement « en ordre de marche » !
Alors ?
D’où viendrait ce terrible fléau qui est en train de croître dangereusement, et selon les recherches, toujours fructueuses, de nos savants ?
Peut-être n’éprouvent-ils plus de désirs pour des femmes qui n’arrêtent pas de vouloir se prendre pour des hommes ?
La parité, c’est bien joli ! Mais si l’on n’éprouve aucun goût pour l’unisexualité ? Hein ?
La « chauffeuse routière », la « CRS callipyge »
(cherchez un peu dans le dico, cela vous fera du bien !), la
« Rambelle au pétard meurtrier » c’est formidable !
Mais cela peut recroqueviller définitivement des instruments naturels plutôt fait pour s’agrandir sous la pression d’une belle émotion libidineuse !
Et ça Mesdames, cela ne se commande pas !
Cette nouvelle forme de défaillance virile est tellement incongrue que la langue française, pourtant si riche en ce domaine, est pour une fois, totalement désarmée !
Elle n’a pas de mot pour exprimer ce drame épouvantable de la virilité en berne, faute de désirs ! Et puis avouez que c’est non seulement vexant pour nos charmantes et adorables compagnes, mais c’est surtout très inquiétant pour la perpétuation de l’espèce, si un tel phénomène devait prendre de l’ampleur !
Mesdames, je vous lance ce cri d’alarme pathétique, mais ferme :
Vous avez l’avenir de la race humaine entre vos mains (si j’ose dire !) !
Restez désirables ! Restez de vraies femmes !
C'est-à-dire toujours, et très légèrement « casse-couilles » sur les bords !
Ce qui vu les circonstances, peut paraître paradoxal, mais quand même nécessaire pour exciter une libido défaillante dans le rang de certains mâles dégoûtés par les jeux de la « bête à deux dos » ! !

PS « Rambelle » féminin de « Rambo » Ouais Adrienne ! ça existe !

jeudi 3 janvier 2008

Affaire de « style »

Vous allez voir comment je pousse l’éclectisme littéraire à son maximum !
Ceci fera sûrement plaisir aux rabelaisiens ayant la patience de lire mes délires épistolaires !
Il m’arrive parfois de vouloir me replonger dans la lecture de bons vieux polards classiques.
C’est ainsi que je mets la main sur le tout premier roman d’Agatha Christie : « La mystérieuse affaire de Styles »
« Styles » étant une petite ville anglaise !



Mais, soupçonnant le trop grand sérieux de sa lecture
je m’adjoins « prudemment » un bon vieux « San A » de Frédéric Dard ;
« Béru contre San Antonio »
que j’embarque aussi dans ma chambre.






Je commence d’abord le roman de la vieille british un peu rance.
Au bout de trois pages, la tentation est la plus forte !
Le « fog » de la Tamise ayant fait ses ravages dans mon cerveau, j’attaque l’infâme Béru contre son pote
« San A » !


L’abnégation littéraire a ses limites !
Et je ne suis pas un saint dans ce domaine.
Le remord venant, j’abandonne lâchement les « french poulets » pour les « keufs of tea » british !

C’est alors que je perçois soudain un bonheur hilarant et tout à fait nouveau pour moi ;
le choc des cultures, à travers le choc des polars !

_Mère sera enchantée de vous revoir après tant d’années, ajouta-t-il.
_Comment se porte-t-elle ? Demandais-je ?
_A merveille ! Vous savez sans doute qu’elle s’est remariée ?
Je ne parvins pas à cacher mon étonnement.

(English polar)

Sa majesté rafistole sa cigarette éventée avec le contour blanc d’un carnet de timbres, et grommelle :
_Je te demande un peu, une mobylette à son âge !
_Déjà, quand il passe entre deux mecs qui bâillent, il est obligé de se calorifuger l’horloge à la ouate Thermogène pour éviter les complications pulmonaires !
Tu imagines la veillasse sur deux roues, à jouer les Fend la Bise ?
(French polar)

Les romans de San Antonio ne sont déjà pas tristes, mais si vous les entrecoupez d’une tranche de pain de mie couverte de
« marmelade » avec une « cup of tea » et un « cloud of milk » dessus, c’est le nirvana humoristique assuré !
D’ailleurs, c’est facile à comprendre !
Rien de tel que de se cailler les meules par –15° pour apprécier un « home sweet home» douillet et chaud !
Je vous le conseille ! L’essayer, c’est l’adopter !



QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...