mardi 20 novembre 2012

Dans les brumes de Versailles


Il n'est pas courant, et pour tout dire, assez original, de se retrouver dans les immenses allées du parc de Versailles par un après-midi froid, humide et brumeux d'un lundi du mois de novembre. Pour ajouter à l'incongruité de la chose, tout est fermé pour la visite du célèbre château. Le ciel est bas, quasiment menaçant, sombre comme une fin de journée, et pourtant, il est à peine plus de quatorze heures. Il faut vraiment que je n'ai eu rien d'autre à faire pour me retrouver là ! Alors me vient l'idée d'aller me promener à pieds, du côté de Trianon, pour visiter le « petit » et le « grand ».
Je descends une grande avenue bordée de haies et d'arbres qui commencent à se dépouiller sérieusement. C'est alors que je constate cette chose un peu angoissante ; je suis désespérément seul ! Pas une âme qui vive à l'horizon cotonneux et flou. Je longe ensuite quelque chose qui me fascine par sa bizarrerie totale : un immense pâturage où paissent des moutons. Des chevaux dorment sous un bosquet d'arbres. C'est un paysage bucolique et champêtre comme on en voit des centaines dans la campagne française, mais que je ne m'attendais pas à rencontrer en plein parc de Versailles. Au loin, j'aperçois enfin le grand Trianon. Et là, dans ma caboche, il se produit un phénomène angoissant dû à cette atmosphère irréelle et décalée ; je me souviens de l'histoire de ces deux anglaises  et du fantôme de Marie-Antoinette. Ah ! Je sens que je vais en amuser plus d'un !
Pourtant ce récit est authentique même si les conclusions « surnaturelles » sont laissées à la discrétion des opinions de tout un chacun. Comme je suis un peu flemmard, je vous donne en copie le récit qui en a été fait sur wikipédia :

Venue à Paris proposer à Eleanor Jourdain de devenir sa seconde, Anne Moberly profite de son bref séjour pour visiter Versailles avec elle. Nous sommes le 10 août 1901, il fait chaud et orageux. Elles se perdent en cherchant le Petit Trianon et commencent à se sentir oppressées, mais aucune ne fait part de son sentiment à sa compagne. Elles aperçoivent sur le bord du chemin deux hommes portant un long manteau et un tricorne, bêches à la main, qui leur indiquent le chemin ; des jardiniers, pensent-elles. Arrivées près d’un cottage, Eleanor Jourdain remarque à l’intérieur une petite fille d’environ 12 à 13 ans et une femme ; toutes deux portent un costume suranné. Enfin, elles arrivent à un pavillon chinois qu’elles prennent pour le Temple de l’Amour. L’atmosphère devient de plus en plus pénible. Annie, en particulier, se sent prise d’angoisse lorsqu’un homme assis au pied du pavillon tourne vers elle un visage menaçant et vérolé. C’est alors qu’un autre homme, grand et beau, cheveux bouclés sous un chapeau à larges bords, passe en coup de vent enveloppé dans une cape noire ; il s’arrête et leur sert un laïus dont elles ne comprennent qu’une chose : il faut tourner à droite. Les visiteuses arrivent près d’une petite maison aux volets clos. Sur la pelouse, Annie voit une femme en train de dessiner portant une robe de style particulier, un fichu vert et un chapeau blanc ; la femme lève la tête et de nouveau Annie ressent une impression désagréable. Les deux femmes arrivent à la hauteur de la maison suivante. Une porte s'ouvre, en sort un jeune homme qui leur donne l’impression d’être un serviteur. Elles veulent s’excuser, pensant être sur une propriété privée, mais l’homme les mène jusqu’au Trianon proche où elles sont brusquement environnées par une noce.
L’hypothèse paranormale
Quelques jours plus tard, Mlle Moberly, toujours en proie à l’impression d’angoisse et d’irréalité de Versailles, en fait part à Mlle Jourdain en lui demandant si elle n’a pas l’impression que les lieux sont, en quelque sorte, « hantés ». Eleanor confirme son impression de malaise lors de la visite. Elles s’interrogent alors sur la cape portée bizarrement par l’homme aux cheveux bouclés en ce jour de grande chaleur ; son attitude, son air amusé leur semblent maintenant étranges et non-naturels. Mais c’est seulement en novembre, lorsque Eleanor Jourdain se rend à Oxford où Annie a depuis trois mois repris ses fonctions de directrice, qu’elles discutent plus longuement de leur expérience. Le fait que seule Eleanor ait vu la femme et la petite fille et que seule Annie ait vu la dessinatrice les trouble. Mlle Moberly, justement, a vu un portrait de Marie Antoinette par Wertmüller ; la reine lui a paru étrangement ressemblante, pour le visage et les vêtements, à la femme de la pelouse. Elle se renseigne auprès d’une Française qui confirme que des rumeurs courent depuis longtemps sur la présence du fantôme de Marie-Antoinette à Versailles.
Mlle Jourdain retourne seule à Versailles en 1902. Les lieux lui semblent différent; elle apprend que Marie-Antoinette se trouvait au Petit Trianon le 5 octobre 1789 lorsqu’on lui annonça la marche du peuple vers Versailles. Le 2 janvier, elle a encore des perceptions étranges, dont celle d’une musique qu’elle essaie de se remémorer pour la faire identifier. On lui assure qu’il s’agit d’un style des années 1780. Elles visitent encore une fois la zone du Petit Trianon en 1904. Au cours de leurs recherches, elles pensent se rappeler la présence d’une charrue qui n’existait pas en 1901, de même qu’un pont qu’elles avaient franchi et qui a disparu ; elles découvrent que les « jardiniers » portaient un costume similaire à celui des gardes suisses de la reine et que la porte d’où est sorti le serviteur est condamnée depuis longtemps ; elles identifient l’homme au visage vérolé comme étant le comte de Vaudreuil.

Voilà ! Voilà ! Si vous voulez plus de détails, faites comme moi sur « Google » ! Vous tapez « Versailles deux anglaises » et vous pourrez partir à l'aventure !
Quant à moi, sans le savoir, j'empruntais le chemin des deux anglaises vers le « petit hameaux de la Reine ». Et puis soudain, j'y renonçais. Quoi la trouille ? Pas du tout ! Il faisait de plus en plus sombre et j'avais du chemin à faire pour revenir à la....civilisation.
Remarquez bien qu'elle n'était pas loin ! Vu le bruit de la circulation 
« tomobilesque » que j'entendais en fond sonore ! Autre nuisance sonore insupportable ; des coups de feux, de pistolets, de fusils,
de pétoires, etc ! Je ne sais pas quels sont les abrutis qui ont eu l'idée saugrenue de mettre un champs de tirs à côté de notre magnifique monuments national, mais je ne les félicite pas ! S'agirait-il encore de petits calibres, mais non ! Je vous jure bien que les pétarades que l'on entend, c'est du lourd !
A faire fuir tous les fantômes de la terre !
Pour revenir à mes deux anglaises, je crois aussi que Pierre Bellemare en avait fait un récit.
Et on pourrait épiloguer longtemps là-dessus, car si l'on veut pousser un peu plus loin la chose, le grand Albert Einstein lui-même en a parlé.  D'ailleurs on sait, par la théorie de la relativité que l'espace « temps » est la quatrième dimension de notre univers. Et que le temps ne se déroule pas de la même façon pour deux personnes en mouvement l'une par rapport à l'autre ! C'est à dire que l'on pourrait plonger dans le passé, comme dans l'avenir ! A vous donner le tournis !
Mais revenons sur terre ! J'adore le merveilleux monde de Versailles ! Oui, car il est un monde à lui tout seul. Merci mille fois Ô mon grand Roi, Louis le quatorzième, de nous avoir donné ce coin de paradis, ce chef-d’œuvre absolu que le monde entier nous envie. C'est ton fantôme que j'aurais bien aimé rencontrer dans une de ces allées !



samedi 10 novembre 2012

Un déroulement malheureux


L’écoute des informations, le matin, sur notre radioréveil, au sortir des bras de cette bienfaitrice et parfois sensuelle Morphée, est un réservoir inépuisable de stupidités en tous genres, se déversant dans nos esgourdes à peine réveillées.
Est-ce le fait que notre cervelle reposée soit plus apte à décoder les imbécillités dont nous sommes abreuvés quotidiennement ? Allez savoir ?
Donc, ce matin, j’entends le « bavasseux » de service nous sortir cette phrase « impayable » :
« Le commerçant a été tué de plusieurs coups de couteaux lors d’un hold-up qui c’est mal déroulé !
Voilà ! Pour sûr, qu’il s’est « mal déroulé » ce hold-up ! Parce qu’il faut préciser maintenant qu’il y a des « hold-up » qui se passent « très bien » ! Si ! Si !
Le malfrat entre dans le commerce, salue respectueusement la clientèle, se présente gentiment à la caisse, et exige, toujours en termes polis qu’on lui refile la monnaie, les talbins ! Une fois son sac rempli de biffetons, il remercie le commerçant de son amabilité, et sort sans se presser, sans oublier de remercier son
 « bienfaiteur » de ses largesses.
Il y a aussi, le hold-up qui se passe « un peu moins bien », c'est-à-dire que le malfrat est  vulgaire et mal élevé. Il entre sans frapper et sans se présenter. Il sort des grossièretés inracontables pour de chastes oreilles. Il est d’une impolitesse scandaleuse ! Il sort précipitamment, sans même dire « au revoir » ! On peut dire que ce hold-up se passe « encore à peu près bien » mais c’est limite.
Donc, nous en arrivons à cette conclusion imparable : Il n’y a que lorsque qu’un commerçant se fait tuer par un malfrat que l’on peut dire qu’un hold-up s’est mal déroulé !  
On ne remerciera jamais assez nos valeureux et très subtiles journalistes de nous apprendre, tous les jours, des choses « formidables » !