vendredi 24 septembre 2010

Téléphone « La bavure »!

Dans son infinie complexité et ses situations inattendues, la vie dite « moderne » sait parfois nous offrir des moments d'une cocasserie qu'aucun scénariste, qu'aucun écrivain ne saurait imaginer.
Sortant de chez moi, j'entends soudain le bruit insolent et caractéristique d'un haut-parleur de rue.
Tiens? Un cirque s'est encore installé sur la grande pelouse que notre municipalité a réservé à cet usage. J'imagine alors les fauves sauvages circulant nerveusement dans leurs cages étroites, le grand chapiteau qui se dresse sous les cris des manœuvriers, le dromadaire qui broute une herbe grasse, indifférent à l'agitation qui l'entoure, les caravanes rutilantes des artistes et du personnel, ect....!
Bref! Nous avons tous subi, un jour ou l'autre, ces appels publics de forains itinérants, par haut-parleurs véhiculés sur le toit de guimbardes automobiles plus ou moins bariolées.
Pourtant, pourtant, pourtant, quelque chose me semble bizarre. Une voix de femme! Bon, en cette période de parité militante et active, cela ne doit pas être surprenant. Mais là où cela devient franchement comique c'est que je commence à percevoir des bouts de phrases, des mots qui me font vite comprendre que j'ai affaire à une conversation......privée! Hou! La! La! Mais d'où ça sort?
Comme j'étais en pantoufles, je me précipite chez moi pour ressortir avec des « grolles » plus adéquates et pour partir à la recherche de la source du « phénomène »! C'est ainsi que je m'approche de la haie cachant le parking à voitures du quartier. En levant la tête par dessus la barrière de verdure, je découvre enfin la source sonore. Il s'agit d'une automobile blanche, garée là, avec à l'intérieur un homme. Et je comprends instantanément de quoi il retourne. L'individu a branché son téléphone portable sur son kit « main libre » et ce sont les hauts-parleurs de la voiture qui « éructent » bruyamment la voix de sa correspondante! Moi, bon « prince », je contourne la haie, toque à la vitre de la voiture, mets mes mains en porte-voix et hurle au chauffeur que le quartier est en train de profiter d'une conversation qui ne le regarde en rien! Heureusement, le jeune homme obtempèrent et baisse alors le son indécent de son téléphone.
Ah! Elle est belle la vie moderne. J'imagine un mec sortant de chez lui, montant dans sa voiture, appelant sa maîtresse avec son kit « main libre »:
_Ma chérie, comme d'habitude, à l'endroit convenu?
_Oui, mon amour, mais tu crois que ta femme ne se doute de rien?
_Oh non, elle est bien trop « gourde » pour ça!
C'est alors qu'une tête renfrognée, et féminine, fait son apparition à la fenêtre de la maison du mari volage. Il y a des drames familiaux qui se préparent! C'est moi qui vous le dit!
Vous imaginez le commercial sortant d'un petit pavillon de banlieue, montant dans sa voiture, appelant son patron:
_Bon, je viens de refourguer un contrat à des débiles mentaux! Bon dieu, que les gens peuvent être cons!
Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je suis sûr que cet homme ne va pas faire une longue carrière dans la vente à domicile!
Enfin, on peut aussi imaginer le conducteur arrêté à un feu rouge où sévissent des policiers traqueurs d'excès de vitesse, et qui téléphone à un copain.
_Si tu voyais la tête d'abrutis des poulets qui sont en train de me regarder.....!
Voilà de quoi augmenter encore un peu plus le nombre de gardes-à-vue annuelles dans notre beau pays.
Vous comprenez, maintenant, pourquoi j'ai intitulé ma petite histoire ainsi. Tout le monde se souvient de Coluche dans « l'inspecteur la Bavure ». Ce passage où, dans sa voiture de fonction, il se trompe de bouton sur sa radio, et au lieu d'une conversation « secrète » il en fait profiter tout le quartier, et surtout les voleurs qui viennent lui balancer son véhicule sur le piédestal d'une statue!
Grâce à nos beaux engins informatiques modernes, toute communication privée va le devenir de moins en moins!


QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...