mercredi 29 juillet 2009

Là haut, sur la montagne…..


Ne me dîtes pas que vous ne connaissez pas la suite de cette petite comptine enfantine ? Non ? Alors tant pis pour vous. Pour le savoir, il va vous falloir me lire jusqu’au bout. Déjà, le mot « montagne » devrait vous mettre la puce à l’oreille. Remarquez bien, que si j’avais une « puce à l’oreille », je me gratterais violemment, comme le fait ma petite chatte ! Je n’ai jamais compris cette expression idiote. Elle a forcément une explication rationnelle et historique, mais aujourd’hui, vous la chercherez sans moi ! Il s’agit de la suite de mes aventures alpestres autour de ce magnifique massif du Mont-Blanc. C’était au cours de la deuxième édition de ce marathon montagnard et annuel. La veille, je me souviens. Nous étions descendus sur Courmayeur, et quand j’écris « descendus », mes rotules se souviennent encore de cette descente interminable sur la ville, que nous voyions en bas, et que nous n’atteignions jamais. Ah ! Le paysage pouvait être grandiose ! Pour les quelques ignorants qui ne le sauraient toujours pas, Courmayeur est la ville italienne, qui se situe de l’autre côté du tunnel du Mont-Blanc. D’ailleurs, du sentier où nous étions, on pouvait voir la sortie de celui-ci. Vous dire que nous sommes arrivés dans la vallée, harassés et fourbus, ne vous surprendra pas. Mais, bonheur infini de cette époque bénie, nous étions assez riches pour nous payer un bon hôtel en ville. Pas une de ces « étables à randonneurs » que l’on appelle « refuge » Non ! Un vrai hôtel, d’au moins deux étoiles, avec de vraies chambres, un vrai et bon restaurant. On a bien roupillé ! On a bien mangé ! Sommeil réparateur et tout le toutim. Petit déjeuner copieux, etc. Le drame, voyez-vous, c’est que trop de confort tue le sportif ! Et pire encore, le randonneur montagnard ! Car le moins expérimenté, des gens de ces pays d’altitude, sait, et même depuis sa plus tendre enfance, que tout voyage, dans ces contrées sauvages et dangereuses, s’entreprend tôt le matin ! Pas à onze heures, comme des touristes en goguette ! Et ben nous ? Si !
Si ! Si ! Mais quand on a vingt ans, que l’on ne connaît rien à la montagne, que l’on est plein d’enthousiasme et de certitudes, on se sent indestructibles ! Alors on est parti, insouciants, optimistes en diable !
(eh ! eh ! eh ! Et c’est vrai que le Diable a bien dû rigoler de nous voir partir ainsi)
Courmayeur est une jolie petite ville nichée dans un vallon encaissé. Elle est merveilleuse quand il fait beau. Mais quand nous avons quitté l’hôtel, il faisait gris et maussade. Ah ? Parce que j’ai oublié de vous le dire ? Malgré un temps menaçant et franchement pas sympathique sur le plan pluviométrique, nous sommes quand même partis ! Tant qu’à être inconscients, vaut mieux l’être jusqu’au bout. N’est-ce pas ? Nous avons quitté les faubourgs de la ville pour nous enfoncer dans les bois, et pour grimper………….sous la pluie.
Mais rassurez-vous ! Nous avions de bons ponchos bien étanches. Déjà, un temps pluvieux, c’est pas marrant. Mais en montagne, c’est pire ! On ne voit rien du paysage. Tout est cotonneux. C’est triste à mourir. Heureusement que Dame nature sait être « guillerette » et « primesautière », quand elle se décide de nous distraire par un beau spectacle. C’est ainsi, qu’en plein milieu de l’après-midi, elle n’a rien trouvé de mieux, que de nous envoyer un bel orage ! Qui n’a pas connu d’orage en montagne, ne connaît rien à la beauté sublime des éléments déchaînés. Et puis, il vaut mieux se munir de « boules Quiès » parce que je vous prie de croire que les tympans en prennent un sérieux coup ! Vulcain-Héphaïstos n’a pas arrêté de secouer ses tôles d’acier, pendant des heures ! Bon ! On a fini par s’habituer. On s’habitue à tout, dans la vie. Vous voyez le décor ? Et ben c’est pas fini ! Je m’en souviendrai toute ma vie de cette aventure. J’étais alors bon dernier, comme il se doit. Car pour le sport et la compétition, j’ai toujours été d’une nullité crasse ! Mais d’une nullité parfaitement assumée. Et comme je suis un rêveur impénitent, je suis toujours bien tout seul, en pleine conversation avec moi-même. Je possède cette particularité étrange de ne pas m’ennuyer avec moi-même, contrairement à d’autres. Nous cheminions alors sur un sentier à flan de coteau, sur une pente assez prononcée, dans un bois de pins. Soudain, j’entends derrière moi un grondement qui ne ressemble pas au coup de tonnerre habituel. Je me retourne, et là, que vois-je de mes quinquets brusquement agrandis par la terreur ? Tout un pan de la colline était descendu, emportant le sentier sur lequel nous venions de passer. Et ceci, sur une bonne centaine de mètres ! Il n’y avait plus qu’un trou béant dans la forêt, fait de caillasses, de boue, et de troncs d’arbre déchiquetés ! Bon ! Si on voulait redescendre sur Courmayeur, c’était râpé ! Je n’ai même pas compris, sur le coup, que je venais d’échapper à une catastrophe épouvantable. Mais quand on est jeune, on passe l’éponge rapidement, et on continue. Le problème, en montagne, c’est que plus vous montez, plus il fait froid. Et que font nos petites gouttelettes d’eau quand il fait froid ? Même un enfant de cinq ans sait cela. Et oui ! Cela se transforme en belle neige bien drue et bien abondante. A Noël, en plaine, c’est charmant et sentimental. Quoique les automobilistes n’apprécient pas toujours. Mais en montagne, au mois, de juin, c’est chiant ! Oui, je suis grossier ! Parce qu’après la pluie, l’orage, l’effondrement, cela commençait à faire beaucoup. Mais ce qui était encore plus inquiétant (si c’était possible) c’est que nous n’avions toujours pas franchi le col pour redescendre dans la vallée. Le manteau neigeux se faisait de plus en plus épais. Mon moral, déjà fortement atteint, baissait au même rythme que la luminosité environnante. La nuit tombait. Nous ne distinguions plus grand chose. Je voyais, avec angoisse, le moment où nous allions devoir passer la nuit en pleine montagne, par un froid sibérien, sans tente, sans chauffage, sans équipement adéquat, perdus corps et âmes. On allait sûrement retrouver, au printemps suivant, un groupe de randonneurs congelés (que l’on aurait pu écrire en deux mots, d’ailleurs !). « Mais qu’allait-il faire dans cette galère ? » Moi, je pensais plutôt : « mais qu’est-ce qui m’a pris de suivre ces crétins irresponsables ? » Voilà mon drame : Dans ma jeunesse, je croyais toujours que les autres étaient plus malins, plus intelligents, plus expérimentés que moi. Quand je m’apercevais que c’était faux, il était toujours trop tard ! Que ceux, qui ont toujours été très sûrs d’eux-mêmes et qui se sentent toujours supérieurs aux autres, me pardonnent. Ils ne me comprendront jamais. Enfin bref ! La situation était réellement désespérée ! Car contrairement à la belle phrase de « je ne sais plus qui » : « La situation est grave mais pas désespérée » , la mienne, à cet instant précis était « totalement » désespérée. Je pensais brusquement à ma famille, à mes parents, à mes frères et sœurs. Comment allaient-ils réagir en apprenant ma mort dans ces circonstances aussi tragiques ? Et moi qui n’avais même pas fait de testament ! Mais rédige-t-on un testament, à vingt ans ? Même pas donné quelques consignes pour mes obsèques ? On ne pense toujours à ces choses là que lorsqu’il est trop tard. Ne riez pas ! J’étais exactement dans cet état d’esprit ! Mes compagnons s’engueulaient ferme ! Pardi ! Ils ne savaient faire que ça, les « infâmes » ! Personne ne croit aux « anges gardiens » ! Niaiserie d’un autre temps, pensent certains ! Ben moi, si, j’y crois ! Depuis ce jour-là, j’y crois fermement ! Car pendant que nous nous disputions, nos « protecteurs célestes» devaient, au-dessus de nous, discuter de leur côté. Et leur décision fut merveilleuse. Car figurez-vous, qu’au détour d’un virage du sentier, comme dans les films à « suce panse », apparut la masse sombre de ? De devinez quoi ? D’une petite cabane de berger ! Oui ! Une belle petite cabane de berger en pierres solides, et au toit pointu en lauzes ! Qui prétendra, qu’il n’y a pas de miracle pour les « imbéciles innocents » ? Ah ! Elle n’était pas grande ! Mais je vous jure que j’en aurais embrassé chaque pierre ! Nous nous sommes engouffrés dedans sans hésitation. Même prêts à expulser de force un hypothétique occupant qui aurait eu l’imprudence de ne pas vouloir nous laisser entrer ! Mais elle était vide de tout être vivant. Il y faisait sombre comme dans un four de boulanger, mais le bonheur d’avoir un toit au-dessus de sa tête et d’être à l’abri de cette tempête de neige, nous aurait fait accepter une niche à chien. Croyez-le si vous voulez, mais nous avons tous dormi comme des loirs ! Pas une insomnie ! Ah ! La santé de la jeunesse ! C’est le matin, que nous avons eu une belle surprise, en ouvrant les volets de bois ! Tempête de ciel bleu ! Pas un nuage à l’horizon ! Et le bleu, d’un bleu magnifique, époustouflant. Mais avec le bleu, ce qui dominait, comme autre couleur, c’était le blanc ! Mama Mia ! Tout était recouvert de neige ! Un vrai paysage de sport d’hiver ! Oui, mais nous, on n’était pas venu avec des skis ! Seulement avec nos croquenots de randonneurs. Et le plus « rigolo » c’est quand nous avons sauté du palier, pour nous enfoncer dans la neige……jusqu’au-dessus du bassin ! Vous voyez le topo ? Et on n’avait toujours pas franchi le col ! Honnêtement, je ne me souviens plus comment nous sommes arrivés à le faire. Mais on a bien réussi, puisque je suis là pour vous le raconter ! Tiens ! Je vais tenir ma promesse !

Là-haut sur la montagne l'était un vieux chalet. (bis)
Murs blancs, toit de bardeaux,
devant la porte un vieux bouleau.
Là-haut sur la montagne l'était un vieux chalet.
Là-haut sur la montagne croula le vieux chalet. (bis)
la neige et les rochers s'étaient unis pour l'arracher,
Là-haut sur la montagne croula le vieux chalet

A suivre

mardi 28 juillet 2009

Voix d’outre-tombe

Une voix sort de mes enceintes acoustiques. Elle est nette, comme si elle était en face de moi.
Son charmant petit accent du midi résonne dans la pièce.
Elle « roule » les « r », comme dans le pays du « rrrûbi ». Elle sent bon la verte campagne du Lot et Garonne, les canards, les poussins, les poules qui l’entourent que l’on pourrait presque entendre leurs caquetages incessants. Cette voix, c’est celle de ma grand-mère !
Cette voix a plus de quarante ans ! Elle vient d’outre-tombe !
Elle dormait dans une vulgaire petite cassette de bande magnétique, toute ordinaire.
Cette cassette a survécu à des tas de pérégrinations, de voyages, de déménagements.
Et voilà, qu’en ce beau matin de début juillet, il faut que je télécharge un logiciel d’enregistrement, que je trouve cette bande, que je la mette sur un magnétophone branché à mon ordinateur, et
le « miracle » se produit !
C’est hallucinant ! Emouvant ! Terrifiant ! La vie semble surgir de l’au-delà !
Pas un craquement ! Pas une distorsion ! Pas un parasite !
Une pierre dans le jardin des « experts » qui nous disent qu’un enregistrement magnétique se dégrade au cours du temps !
Pas toujours ! La preuve !
Sauf s’il est stocké dans de mauvaises conditions, et surtout en plein soleil !
Mais pour ma grand-mère, c’est un petit « don du ciel » qui m’est ainsi offert !
Ce qui est extraordinaire, avec elle, c’est que j’étais venu la voir, dans sa ferme isolée, aux murs épais de torchis, écrasée par la chaleur lourde du Lot, îlot perdu dans un océan de verdure agricole, avec un engin ultramoderne (pour l’époque) qui consistait en un combiné radio magnétophone dernier cri.
Je m’étais dit, avec un peu d’inquiétude, qu’elle allait s’effrayer de cet engin « du diable » et qu’à l’instar des « bégueules habituelles » elle allait renâcler pour mon interview.
Et ben, pas du tout ! Elle m’a arraché le micro des mains, pour parler à sa fille restée à la capitale, comme si elle lui écrivait une lettre ! Avec le même détachement, le même sang-froid, le même professionnalisme que nos « microteuses » habituelles qui
« causent » dans nos lucarnes médiatiques !
Paysanne peut-être ! Mais empotée et arriérée ? Sûrement pas, ma grand-mère chérie !

PS Sanguine originale de mon artiste de soeur exécutée d'après une photo

samedi 11 juillet 2009

Encore heureux qu’il ait fait beau… !

Tout le monde a oublié ce petit chef d’œuvre impérissable de la chanson populaire française, chanté par les « Frères Jacques » ; La Marie-Josèphe . Et je ne vous parle pas des moins de trente ans qui en ont sûrement jamais entendu parler.

Encore heureux qu'il ait fait beau
Et qu'la Marie-Joseph soit un bon bateau

Encore heureux qu'il ait fait beau

Et qu'la Marie-Joseph soit un bon bateau

Il ne s’agit pas, ici, de raconter des aventures maritimes, mais des frayeurs montagneuses et un tantinet alpestres qui me sont arrivées du temps de ma « folle » jeunesse. Car l’ironie qui perce sous les couplets de cette joyeuse chanson vise l’incroyable et l’éternelle inconscience des quidams imprudents. Qu’ils soient pseudo marins, apprentis pilote de course, faux alpinistes ou randonneurs amateurs, ne change rien à l’affaire ! Il y a toujours des abrutis, de par le monde, dont l’autosatisfaction inébranlable les croit voués à commettre les pires imprudences, sous le prétexte fallacieux de se prendre pour des aventuriers invincibles !

Ce que résumait, avec son esprit acide et féroce, Michel Audiard, quand il faisait dire à Lino Ventura, dans les « Tontons flingueurs » :

« Les cons, ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît ! »

Remarquez bien que ceux qui n’osent jamais rien ne sont pas plus futés ! Il ne faut quand même pas charrier. Moi, j’ai toujours balancé entre les deux. C’est ainsi que tous les ans, au début du mois de juin, un groupe de collègue de travail, partait « Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal » vers les cimes lointaines du sommet des Alpes.

Tout ça pour jouer les sportifs et s’aérer les bronches encrassées par le kérosène des avions.

J’ai donc fait, trois années de suite, le tour du massif du Mont Blanc. Tour que nous faisions en une semaine environ.

Je ne vais pas vous raconter chronologiquement ces trois randonnées annuelles, ce qui serait fastidieux et rasoir, mais seulement quelques moments impérissables dans ma mémoire et qui je crois, valent le coup d’être narré, non pas tant pour ma progéniture qui s’en fout comme de sa première couche culotte, que pour mes descendants lointains, qui trouveront là, sinon matière à réflexion, du moins, à belles rigolades en famille.

Après une nuit de conduite automobile, nous arrivions harassés à la petite station : « les Contamines Montjoie » près de Chamonix. Et nous partions dans la foulée ! Ce qui, vous l’avouerez, était déjà d’une folle prudence. Ah ! Mais on ne perd pas de temps quand on est jeune ! Quitte à prendre le temps de l’éternité, parfois.

Déjà les équipements. Et il y a de quoi raconter. Moi, très prosaïquement et naïvement, j’étais toujours en jeans et rangers. J’avais un sac à dos qui avait dû faire la guerre dans les maquis du Vercors, avec la belle grosse armature métallique des familles et les bretelles en bon cuir de vache. Très retro, très kitch, le gars. C’est vous dire si je me sentais gêné de voir mes potes, devant moi, en baskets et short très court ! J’avais vraiment l’air d’un bouseux, à côté d’eux ! Ils bondissaient comme des cabris, heureux, joyeux, toujours en pleine forme, laissant derrière eux l’éternelle tortue râleuse et qui soufflait toujours comme une machine à café entartrée. Les chemins étaient bien tracés, vu les milliers de croquenots, et pompes de toutes sortes qui les écrasaient tous les ans, à la même époque. Nous suivions sagement les signes du GR rouge et blanc, comme il se doit. Et comme de bien entendu, mes compagnons ignoraient tout de la cartographie et de la topographie. Lire une carte, consulter la météo, orienter une boussole était pour eux une perte de temps réservée à des péquenots trouillards.

Pourtant, un jour, la nature espiègle se vengea bien de leur mépris. Nous montions tranquillement depuis le matin vers le col de la Seigne quand un brouillard épais nous tomba dessus sans prévenir. Le chemin restait bien tracé, mais à certains endroits, il n’était plus aussi précis. Les marques du GR n’étaient plus repérables de loin. Il fallait vraiment tomber dessus, à cinquante centimètres sous notre blase pour les voir. Inutile de vous dire que dans ce paysage cotonneux et gris, nous enveloppant de partout, la panique commença à s’instaurer au sein du groupe. On gravissait à l’aveuglette des pentes de plus en plus vertigineuses qui se terminaient en paroi verticale infranchissable. On redescendait tout penauds, en n’étant pas sûr d’être revenu à notre point de départ. Il fallut se rendre à l’évidence ; nous étions complètement paumés ! Quand la peur s’installe, les engueulades, les vociférations hystériques ne sont pas loin. Pourtant, au beau milieu de notre meeting politique orageux, quelqu’un parmi nous s’exclama :

-Mais taisez-vous bordel ! J’entends des voix !

Effectivement, comme des fantômes sortant d’un cimetière, dans un film d’épouvante de cinquième catégorie, une joyeuse troupe, en file indienne, déboucha sur notre petit groupe.

Mais alors là….Mais alors là ! Que je vous explique le topo. Pas des rigolos, eux !

Tous en pantalon de grosse laine, rangers, guêtres, chapeaux à large bord, piolets, cordes de varappe, sacs à dos dernier cri etc… Pour le coup, c’était nous qui avions l’air de gosses échappés d’une colo.

Celui qui semblait être le chef du groupe nous apostropha, un rien goguenard :

-Alors on est paumé les gars ?

-Ben ! Pas tout à fait ! On faisait une petite pose avant de s’y remettre.

Ah ! Ce que l’orgueil ne fait pas dire comme c… bêtises !

-Bah ! J’vas quand même vous dire où vous êtes !

Et de nous sortir une carte d’état-major, une boussole grosse comme un gyroscope de sous-marin et….Wouah ! Un altimètre ! Je vis alors des quinquets s’ouvrir comme des portes cochères parmi mes compagnons. Eux qui pensaient que les altimètres, ça ne se rencontrait quand dans les cockpits d’avion. Normal, quand on travaille dans un aéroport.

Bon prince, notre « Moïse » des montagnes nous proposa de le suive, lui et sa troupe, un bout de chemin, histoire que l’on retrouve nos marques. Sympa non ?

Et bien croyez-le si vous voulez, mais mes abrutis de compagnons ont tous refusé.

Il y en a qu’un qui a osé timidement élevé la voix pour dire :

-Ce serait quand même plus prudent de les suivre un bout de chemin.

-Non ! T’inquiètes pas. On n’a pas besoin d’eux. On va se débrouiller !

Quand je vis le dernier scout s’enfoncer dans la brume, je commis là un acte dont j’ai encore honte aujourd’hui ! Je plaquais lâchement mes potes pour suivre les…professionnels !

Que voulez-vous ! L’instinct de survie, ça ne se commande pas !

J’ai donc suivi mes sauveteurs pendant un bon moment. Juste le temps pour que le brouillard se dissipe et que la vue du paysage nous soit rendue. Là, pris de remord, je me suis retourné, et aidé par mes nouveaux compagnons, nous avons crié à perdre haleine pour faire connaître notre position. Plus le temps passait, plus j’avais honte. Dire que je les avais abandonnés, les pauvres ! Au bout d’une bonne heure, je vis enfin l’un deux arriver du fond de la brume.

Puis tout notre petit groupe. A leur visage fermé, et au regard sombre qu’ils me jetèrent en passant près de moi, je compris à quel point ils étaient fatigués par leur aventure.

Mais était-ce vraiment de la fatigue ?


A suivre.






samedi 4 juillet 2009

Piège à c..s !

Non ! Je n’ai pas osé l’écrire par le souci, légitime, et qui m’anime constamment, de ne pas être vulgaire auprès de mes lecteurs. Pourtant, dans un film très célèbre, que tout le monde a vu :
« Le grand blond avec une chaussure noire » pour ne pas le citer, notre pauvre Bernard Blier le reçoit en pleine tronche, en guise « d’extrême onction »
Et pourtant ! Des pièges à…. C’est pas ce qui manque ! Nous en avons tous subi les effets désastreux, ou fabriqué un jour ou l’autre, au cours de notre chienne de vie.
L’histoire que je vais vous raconter se déroule au deuxième sous-sol de l’aérogare d’Orly.
« En ce temps-là »… Pour faire très
« biblique », je travaillais dans une grande salle pleine de grosses machines appelées « ordinateurs », dans le courant des années soixante dix.
Nous étions une petite équipe de cinq opérateurs qui devaient entretenir, faire fonctionner ces jolis monstres de ferraille, de circuits électroniques, qui ne tenaient pas encore dans les mimines délicates de nos chères compagnes ! Dans un bruit continuel de soufflerie asthmatique et sifflante, nous travaillions vingt quatre heures sur vingt quatre, dimanches et jours fériés compris. Mais les nuits étaient longues et parfois très ennuyeuses. De drôles de fantômes y rôdaient, cependant !
Mais des fantômes malveillants ! Car, plusieurs de nos camarades se plaignaient de petits larcins, de vols de documents, de papiers, de pièces de monnaie, etc... Et ils avaient même l’impression qu’on fouillait dans leurs placards. Placards situés dans notre salle de repos attenante à la salle des machines. Ce ne pouvait pas être nos femmes de ménage qui étaient la probité et l’honnêteté personnifiée. Car ces pauvres femmes savaient que c’était elles que l’on soupçonnerait en premier. C’est vous dire, si elles se tenaient à carreau ! Leur seul petit péché mignon, c’était de téléphoner, là-bas, au pays ! Et pendant des heures ! Le jour où notre chef de service a vu la note de téléphone, on a failli l’emmener aux
urgences ! On ne lutte pas contre certaines caractéristiques génétiques d’une bonne moitié de la population mondiale. C’est impossible.
Bref ! Il fallut se rendre à l’évidence. Ce ne pouvait être qu’un opérateur. Chose d’autant plus scandaleuse, parce que nous avions de bonne paye (en ce temps là !) et la valeur des larcins était vraiment mesquine par rapport à nos trains de vie. Mais le plus parano d’entre nous, et aussi la victime privilégiée du « malfaisant » était un certain
« C », dont je protègerai l’anonymat eu égard à sa progéniture qui risque un jour de tomber sur ce récit. Petit gros toujours volubile et en mouvement, une tête ronde déjà chauve, et des yeux constamment clignotant sous des verres de lunettes aussi rondes que sa bouille, il nous déclara un jour, d’un ton mystérieux, qu’il avait trouvé LA solution pour se débarrasser de cette « pie voleuse ». Je le revois encore, dans sa blouse blanche (réglementaire) aller et venir, passant constamment de la salle machine, à la salle de repli, le front perlé de gouttes de sueur formées par le stress du chasseur à l’affût de son gibier. La journée se passa tranquillement, sans incidents notoires. De temps en temps, par espièglerie amicale, on demandait bien quelques infos sur ce « mystérieux » piège.
Mais les petits yeux redoublaient leurs clignotements et le sourire de « C » se faisait plus énigmatique. C’est presque à la fin de notre vacation, vers dix sept heures, que se produisit le drame ! Un hurlement inhumain se fit entendre du côté de la salle de repli !
Ça y était ! L’ignoble voleur avait reçu sa juste et légitime punition ! Nous nous sommes rués pour prendre le malfaiteur la main dans le sac. Et là, Oh horreur ! La vision était insoutenable !
Notre pauvre « C », debout devant son placard, était entièrement recouvert d’une substance noire, huileuse, nauséabonde, parsemée de confettis et de morceaux de papier divers !
Deux yeux d’une blancheur inhabituelle, perçaient une face sombre, et nous regardaient d’un air triste et malheureux où se lisait toute la stupeur du monde.
Ce pauvre « C » ! Il l’avait bien fabriqué son piège. Une merveille d’astuce et de précision.
Il en était fier ! Ah ! C’est qu’il était malin notre « C » ! Plus bricoleur et astucieux que lui, c’est bien simple ; il n’y avait pas ! Un bac rempli de gasoil, d’encre de chine, de confettis, tenant en équilibre, dans le haut de son placard, il fallait y penser !
Mais voyez comme la vie peut parfois être cruelle ; Se souvenant d'avoir oublié quelque chose dans son placard, juste avant de partir, il s’y rua, en oubliant…….son piège !
Pour compléter ce récit malheureux, je dois vous faire part d’un phénomène physique assez étrange que nous avons subi pendant plusieurs jours. Des douleurs bizarres dans les abdominaux, et au niveau des côtes.
Mais je vous rassure, notre mystérieux voleur a continué sa coupable industrie. Ce n’est pas un joli piège à c..s qui allait lui faire peur.

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...