mardi 12 août 2008

Objets animaux ! Avez-vous donc une âme ?

Voilà une nouvelle qui aurait fort réjouit notre divin fabuliste, Jean de La Fontaine !
Même si j'ai plagié honteusement Lamartine dans mon titre!

Pensez donc !
Il est question de réviser le code pénal, pour donner un statut de
« personne sensible » à nos animaux de compagnie.
Car nous venons d’un monde d’une « cruauté » sans nom, qui considère encore que
le « mimi » à sa mémère, ou que « Chipette », ses boucles blanches, et sa taille de ragondin, ne sont que de vulgaires « objets », comme un tabouret, une savonnette, une brosse à dents, ou pire, un beau
« jésus lyonnais »!
Ah ! La ! La ! Quelle « monstruosité » dégoûtante !
Ce cynisme dans la loi ne peut être que la marque de l’insensibilité grossière de ces « machos » de mecs qui ont rédigé ces textes
« racistes » pendant des siècles!
Il fallait « à tout prix » revoir ces dispositions légales d’une
« inhumanité » révoltante !
Nos braves politiciens, qui sont toujours affamés de démagogie, comme l’ours l’est du miel, vont se précipiter pour réparer cette
« infamie » !
Je les mets pourtant en garde contre un gros
« inconvénient » qu’ils ne perçoivent pas tout à fait !
Car si le chat et le chien deviennent des
« personnes sensibles » ayant un statut particulier qui les protège contre toutes les cruautés, toutes les atteintes à leur «intégrité physique », cela va poser un énorme problème de « justice » vis à vis de la gente animale tout entière!
Est-ce que les bœufs, les veaux, les vaches, les moutons, les brebis que l’on « zigouille » tous les jours par milliers, vont pouvoir bénéficier du même statut ?
C'est vrai, ça! Qui douterait qu'Aglaë, broutant pacifiquement sa luzerne dans son pré
soit une « personne sensible »?
Mérite-t-elle qu'on la transforme en steak tartare, en bœuf braisé ou en entrecôtes premier choix, sans lui demander son avis?
N'aurait-elle pas le droit d'être, elle aussi, protégée par la loi?
Comme.....personne sensible?
Et je ne vous parle pas des centaines de milliers de poulets, de canards, d’oies
et autres volatiles !
N'entendez-vous pas leur « coin-coin » et leur « cot-cot codèque » joyeux
de « personnes sensibles »?
Méritent-t-ils de terminer dans une position indécente, la peau cramée, dans un plat de porcelaine, le fondement bourré de pruneaux ou de châtaignes?
Si? Alors, c'est que vous n'avez aucun sens de la justice!
Bon ! Pour les œufs, cela pose moins de problème, puisse que l’avortement est déjà légal ! Imaginez bientôt les scènes ubuesques qui risquent de se dérouler devant les abattoirs :

_Au nom de la dignité animale, je vous demande de cesser tous ces crimes contre ces animaux « sensibles » et infiniment respectables !

Les amateurs de blanquettes de veaux, d'andouillettes, et de tournedos Rossini, ainsi que les passionnés de chapons de Bresse, ont intérêt à se convertir « rapido » dans le riz Basmati et la salade de cresson !
Sinon, les foudres de la loi risquent de leur donner des aigreurs d’estomac, d’ici peu !

Ces veinards de chiens et de chats, que la loi veut protéger à tout prix, n'ont qu'une seule et unique petite chance: Ils ne sont pas comestibles!
Enfin! Juste sous nos contrées « civilisées »! Parce qu'ailleurs.....!!

Car nos toutous et matous, si on pouvait les servir façon civets ou rôtis pommes vapeurs, leur statut de « personnes sensibles », aurait du plomb ( de chasse!) dans l'aile.
Ils pourraient encore attendre longtemps pour qu'on leur donne ce statut attentatoire à nos valeurs gastronomiques !

Pourquoi, soudain, ma petite chatte me regarde-t-elle de cet air sombre et inquiétant?

_Mais non ma chère Keny!
Je ne vais pas te transformer en « lapin chasseur aux giroles », ce dimanche midi!

Enfin....pas tout de suite!
Et puis vous savez ce que c'est....la famille risquerait de râler!

_Encore du lapin?
_Mais de quoi vous plaignez-vous?
_Ce n'est pas « une personne sensible » que je sache?


samedi 9 août 2008

Le Léviathan a toujours faim !

Avant de parler de quelque chose, il est bon d’en donner la définition exacte ou celle que vous voulez lui prêter !

Voici ce que j’ai trouvé sur le web de plus « significatif » :

Léviathan,
(de l'hébreu: לויתן, liwjatan) est un monstre marin évoqué dans la Bible, au Livre de Job (3:8, 40:25), dont le nom désigne un monstre colossal.
Ce monstre, dont on ignore la forme, peut être considéré comme l'évocation d'un cataclysme terrifiant capable de modifier la planète, et d'en bousculer l'ordre et la géographie sinon d'anéantir le monde.
Léviathan est également, selon certaines versions, le nom donné à un des démons principaux de l'enfer. Selon les rabbins, il serait un des quatre cardinaux gouvernant au Midi, une des quatre parties du monde.
Léviathan est représenté au Moyen Âge sous la forme d'une gueule ouverte qui avale les âmes, représenté ainsi comme l'entrée des enfers.
Le léviathan est souvent représenté sous la forme d'un gigantesque serpent de mer, dont les ondulations sont à l'origine des vagues.
Il serait l'un des 4 monstres « présents » au Banquet de l'Apocalypse.
Thomas Hobbes utilise aussi le léviathan comme métaphore pour désigner l'État.


Pour, moi, c’est aussi celle de Hobbes qui emporte mon adhésion, c’est l’organisation étatique dans toute sa splendeur et sa rigidité ubuesque.
C’est un monstre froid qui est en train de nous dévorer corps et âmes !
Nous déléguons ! Nous déléguons ! Nous déléguons !
Et l’autre « bestiole » prend ! Prend ! Prend ! Insidieusement, silencieusement, vicieusement, et comme une immense et impitoyable crémaillère ; le retour arrière est impossible !

Je comprends la peur d’une partie de mes compatriotes, et je suis effrayé par l’inconscience de l’autre !
Car l’institution européenne qui se prépare, c’est une couche supplémentaire de l’emprise étatique sur les citoyens, un cran supplémentaire de la crémaillère infernale qui va étrangler un peu plus nos libertés individuelles !
« On nous a tant assujetti aux « cordes » que nous n’avons plus fière allure » se plaignait déjà ce pauvre Montaigne, qui voyait déjà le danger monter à grande vitesse !
Et c’était au 16° siècle !
Vous imaginez les progrès que le « Léviathan » a fait depuis ?
Et les « cordes » commencent à se resserrer drôlement !
Verrons-nous un jour enfin, une société où les hommes feront « ce que voudront » comme le rêvait Rabelais ? Ou faudra-t-il subir éternellement la loi du Léviathan, celle de ses gardes chiourmes armés de leur « carnets à souche », de leur matraque, et celle de ses serviteurs « zintellectuels » zélés , celle de ses censeurs émasculant ?

Voilà de quoi vous « plomber » une joyeuse soirée entre amis !

Mais c’est pas tout !
Pour votre culture personnelle, je ne saurais trop vous recommander la lecture d’un pamphlet
L’Etat, qu’écrivit un homme génial et intelligent, magistrat et économiste de son état, mort beaucoup trop tôt, au milieu du 19ième siècle ; Frédéric Bastiat.

Si vous n’avez pas la patience de le lire, je vous renvoie au site Internet qui lui est consacré :
http://bastiat.org/

Mais je ne peux manquer de vous en citer un court passage, qui illustre parfaitement mon propos :

L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde.

Car, aujourd'hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d'autrui. Ce sentiment, on n'ose l'afficher, on se le dissimule à soi-même; et alors que fait-on? On imagine un intermédiaire, on s'adresse à l'État, et chaque classe tour à tour vient lui dire: « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons. » Hélas! l'État n'a que trop de pente à suivre le diabolique conseil; car il est composé de ministres, de fonctionnaires, d'hommes enfin, qui, comme tous les hommes, portent au cœur le désir et saisissent toujours avec empressement l'occasion de voir grandir leurs richesses et leur influence. L'État comprend donc bien vite le parti qu'il peut tirer du rôle que le public lui confie. Il sera l'arbitre, le maître de toutes les destinées: il prendra beaucoup, donc il lui restera beaucoup à lui-même; il multipliera le nombre de ses agents, il élargira le cercle de ses attributions; il finira par acquérir des proportions écrasantes.

Hallucinant de lucidité, n’est-ce pas ?

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...