dimanche 29 juin 2014

LE BOURGET : un trésor familial



En prenant la grande enveloppe blanche que me tendait ma factrice, je ne me doutais pas, en l’ouvrant précautionneusement, qu’un flot de souvenirs familiaux allait me sauter à la figure concernant un aéroport légendaire et historique de la région parisienne ; Le Bourget !
Mon ancien employeur, ADP pour ne pas le nommer, par une délicate attention, m’invite à fêter le centième anniversaire de cette plate-forme aéroportuaire mythique.
Mais alors là…je vous arrête tout de suite ! Je ne vais pas faire l’histoire « scolaire » de cet aérodrome. Vous avez assez de documentations sur Internet pour trouvez tout ce qu’il vous faut à son sujet.
Non ! Moi, j’ai quelque chose de plus précieux et de plus intime à vous raconter ; ce sont tous les évènements familiaux, personnels, vécus dans cet endroit magique baigné par la passion aéronautique la plus pure. Vous allez voir ; cela ne manque pas d’intérêts non plus !

Chapitre I : le tonton « flingueur »

Tout a commencé bien avant la seconde guerre mondiale. J’avais un grand oncle paternel, donc le frère de mon grand-père, qui était tourneur fraiseur de son état, Comme lui, il était  ardennais et teigneux. On raconte même dans la famille, qu’il balançait sa « boite à outils » à travers la figure des patrons qui ne lui plaisaient pas ! Je ne pense pas que cette forme de « rupture de contrat de travail » serait encore valable aujourd’hui ! Mais ce qui le « sauvait » c’est qu’il était un spécialiste hors pair dans son métier, et qu’il finissait toujours par retrouver un employeur. Un jour, quittant ses Ardennes natales, il est embauché (après la perte d’une énième boite à outils) par un industriel aéronautique au nom prestigieux : René Couzinet.  
Je sens que beaucoup de mes lecteurs ne vont pas connaître le nom de ce grand ingénieur auquel la renommée des ailes françaises doit beaucoup ! C’est lui qui conçut les premiers appareils de transports de passagers dont le célèbre « arc-en-ciel » et dont Jean Mermoz en sera le pilote d’essai. Mon grand-oncle participa modestement, mais sûrement, à la mise au point de ces premières machines, et qui volèrent où ça ? Au Bourget ! Je garde, comme une relique à la valeur inestimable (pour moi) une photo dédicacée de René Couzinet où l’on voit le premier prototype de « l’arc-en-ciel ». Photo émouvante à plus d’un titre, car cet avion s’écrasa, lors d’une séance d’essai, mais à Orly ! C’était le « Couzinet 10 » déjà baptisé « arc-en-ciel » !
J’ai retrouvé une page relatant ce drame qui eut lieu le 8 août 1927 et qui tua tout son équipage. 

Mais si cette photo a été prise au Bourget, les avions, eux, étaient construits à Meudon où habitait mon parent. Je vous donne en mille, ce que construisait Couzinet au moment de son suicide, le 16 décembre 1956 ?

 UNE SOUCOUPE VOLANTE ! Authentique !

Voilà pour la première anecdote me rattachant à cette prestigieuse plate-forme aéronautique.


Chapitre II  Comme Charles Lindbergh

Très prétentieuse comparaison, vont penser certains ! Mais pas du tout ! Comme Lindbergh, se posant le 21 mai 1927, je venais, moi aussi, d’un autre continent où je suis né. Si un jeune américain fringant de 27 ans venait du continent américain, moi, je venait d’une grande île près du continent africain, du haut de mes deux ans. Il y a une plaque, sur le tarmac de l’aéroport, qui marque l’endroit exact où les roues du « Spirit of St Louis » touchèrent le sol de France. Il n’y a malheureusement pas de plaque là où l’ancien bombardier anglais « Halifax » qui m’emmenait de Madagascar où je suis né,  s’est posé dans le début des années cinquante. J’ai d’ailleurs relaté cette épopée dans un autre article : Adieu Madagascar

 Oui ! Le béton des pistes de cet aéroport fut le premier sol que je foulais de ma « mère  patrie » ! Vous comprendrez donc aisément que j’y sois attaché à cet endroit ? Et ce n’est pas fini !

Chapitre III Les grands « métinges » !

Toute mon enfance fut bercée du doux « ronrons » des moteurs à piston de mes chers oiseaux métalliques. Entre Villacoublay à l’ouest et Orly à l’est, le ballet des « constellation », des « dakota », des « DC4 », des « Toucans » (ex junker ju52) des « Noratlas 2501» hantèrent longtemps le ciel de mes nuits et de mes journées. Complètement « intoxiqué » par cette drogue aéronautique, adolescent, je fonçait comme un malade en manque, tous les deux ans, vers cette messe incontournable : Le salon international du Bourget. Depuis les années 60, j’en ai peu raté ! Mais celui qui m’a le plus  marqué  c’est celui de l’année 1961. Déjà, parce que ce fut l’unique fois où mon père m’y emmena, dans notre « glorieuse » et inoubliable 403 familiale noire. Il se passa un évènement extraordinaire ce jour-là  qui reste gravé dans ma mémoire. Alors que nous traversions Issy-les-Moulineaux, mon père me fit cette remarque étonnée :
_Tiens ? C’est bizarre ? Je passe tous les jours par ici, et je n’avais pas remarqué à quel point cette rue était en pente ? Et puis cette décharge publique ? Comment se fait-il que je ne l’aie jamais vue ?
Bref ! On poursuit notre chemin jusqu’au Bourget. Émerveillés, mon père et moi, nous assistons à un grand nombre de démonstrations aériennes. Notamment à celle du bombardier B58 « Hustler » qui venait de battre le record de vitesse de traversée de l’atlantique nord.
On rentre pénard à Châtenay-Malabry, et là on est accueilli par une mère affolée, au bord de la syncope, qui nous demande si nous n’avons pas écouté la radio. Je n’ai pas besoin de vous préciser qu’en 1961, les téléphones portables faisaient encore partie de la « science fiction » lointaine, et que les autoradios étaient encore réservés aux voitures de producteurs hollywoodiens.
Nous apprenons alors, avec une frousse rétrospective, que la rue « en pente » était dû au fait que d’anciennes carrières de gypse avaient eu la très mauvaise idée de s’effondrer quelques minutes avant notre passage, et que l’effondrement s’était poursuivi après. Vingt trois maisons furent détruites et quarante et une personnes périrent. Pour plus de détails, je vous renvoie à ce lien : La catastrophe minière de Clamart 
Mais ce n’est pas fini. Le B58 que nous admirions, deux jours plus tôt, s’est écrasé le dernier jour du meeting !
Il me faudrait encore tout un livre de souvenirs pour que je vous parle de ce salon du Bourget.

Chapitre IV Le Bourget militaire

Ce n’est pas sans une certaine tristesse, teintée de nostalgie que j’ai appris la fermeture de la base de Dugny. Bien que ne faisant pas partie du Bourget à proprement parler, elle en est tellement proche que c’est bien là que j’embarquais pour faire mon « service » en Algérie, sur la base de Bou-Sfer. Ce dont je me souviens le mieux, c’est qu’il faisait un froid sibérien, et même canadien, pour ne pas faire de jaloux. C’était un sombre matin d’hiver, baigné par les éclairages blafards des lampadaires léchant des bâtiments vieillots en meulières. Nous sommes montés à bord, avec mes compagnons d’infortune, dans cette antiquité indestructible que fut le « noratlas 2501 ».
Ma première surprise, mon premier choc émotionnel, survint quand l’équipage lança, les deux moteurs « Hercules » datant des années 30. Mon Dieu ! Mes oreilles n’avaient jamais supporté un tel boucan ! Je ne croyais pas cela imaginable ! Je ne vous parle pas non plus des vibrations de l’appareil qui donnaient la nette impression que l’avion allait se disloquait sur la piste en mille morceaux ! Une climatisation et un chauffage totalement inexistants, bien évidemment. Je vous ai parlé du bruit des moteurs, mais ce que je n’avais pas encore saisi, c’est qu’une fois aligné sur la piste, l’équipage lâcha les freins. L’ouragan sonore qui se déclencha alors, avec une puissance démoniaque, faillit me tuer sur place de.... trouille! Je n’étais, moi-même, plus que « son et vibration » ! J’avais l’impression d’avoir fondu littéralement dans les entrailles de cette machine du diable ! Heureusement, après le décollage, les choses s’améliorèrent un peu, mais pas la température. Autre chose cocasse à signaler sur cet appareil militaire au confort très …spartiate ; les toilettes ! Juste posées derrière un minuscule rideau et placées où ? C’est là que l’on voit toute l’ingéniosité de nos techniciens aéronautiques. Elles se trouvaient dans une des « portes coquilles ». Vous savez ? Celles qui s’ouvrent pour laisser passer les marchandises et le fret ! Pour ceux qui en ont déjà soulevé une, elles sont d’une légèreté et d’une fragilité étonnante. Voilà pourquoi, malgré un besoin physiologique tenace, je résistais à l’envie de m’y asseoir. La vision de cette porte se détachant dans le vide, et m’entraînant dehors sans parachute, me porta à retenir jusqu’à l’atterrissage un besoin de miction absolument torturant !
Cet aéroport allait encore m’accueillir pour le retour lors de mes deux séjours de « perm » en provenance de ma caserne algérienne. Mais cette fois-là, sur un autre appareil, lui aussi absolument extraordinaire, le Bréguet 760 « Provence » dit « deux ponts »!
Eh oui ! Jeune lecteur qui me lisez (peut-être) la France avait déjà construit un avion de transport de passagers à deux ponts, bien avant le glorieux et impressionnant « A380 » ! Ces deux voyages me permirent de tester tour à tour, les deux ponts. Le supérieur, aménagé en cabine normale, avec fauteuils confortables, et l’inférieur, en « soute à fret et bagages ».
C’est ainsi que par une volonté délibérée et une passion jamais en berne, je fis toute ma carrière professionnelle au sein d’Aéroports de Paris (ADP), mais à Orly, ce qui me permit quand même, et en autres avantages, de bénéficier de la gratuité des entrées à tous les salons aéronautiques qui suivirent, et jusqu à aujourd’hui.

Chapitre V Le musée

Le Bourget accueille depuis des années le musée de l’aéronautique. Voilà encore un point qui me rapproche de lui car j’ai déjà relaté, dans un autre article, (la petite porte du hangar)
 comment j’ai connu l’ancien lieu où il se tenait, c'est-à-dire dans un vieux hangar de Meudon, tout poussiéreux, dont  les trésors dormaient dans leur linceul de toiles d’araignées, et baignant dans l’odeur rance et fade des huiles de moteur. Je vous avais raconté, comment j'errais seul, du haut de mes douze ans, au milieu de tous ces trésors abandonnés, dans un silence de tombeau. Imaginez mon « amusement » quand il m’arrive de parcourir les nouvelles salles pimpantes où mes glorieux oiseaux pendent désormais dans des halls où bruisse une foule d’enfants émerveillés.
Que de chemin parcouru ! J’ai revu ce train d’atterrissage de l’avion légendaire de Nungesser et Coli
« l’oiseau blanc » ! La seule relique  qu’il nous reste d’eux après leur disparition dans l’atlantique. J’étais le premier à l’avoir contemplée, dans mon vieil hangar de Meudon.
Ce Meudon qui accueillit, lui aussi, tant de talents aéronautiques. Outre mon grand oncle, les ateliers de René Couzinet, mais aussi la célèbre soufflerie qui permit tant de progrès dans l’aérodynamisme.
Voilà pourquoi cet aéroport mythique est bien ancré dans ma vie, dans mes souvenirs. Je ne dois pas être le seul à partager cette passion pour cet endroit magique où travaillait un de mes plus chers copains, fauché à la fleur de l’âge, comme on dit d’une manière trop conventionnelle. Cet ami, qui m’avait accueilli dans son petit studio, en face de l’aérogare fut fauché par une voiture alors qu’il portait secours à une personne en panne sur l’autoroute A1.
Que ces quelques lignes lui soient modestement dédiées.


Photo du hangar de Meudon:






Le fameux train d'atterrissage de "l'oiseau blanc" de Nungesser et Coli

QUAND JOHNNY DEPOUILLE JEAN-PHILIPPE

Après ma « lettre à Jean-philippe » qui n’était qu’un cri d’humeur, de chagrin et de colère, je me suis mis à réfléchir sur toute l’épopé...